Autriche — Le président de l’Ordre des Médecins est-il lui-même menacé d’une procédure disciplinaire ?

[Source : mfg-oe.at]

Traduction : Christine Côte

Autriche — Le président de l’Ordre des Médecins (ÄK) Szekeres est-il lui-même menacé d’une procédure disciplinaire auprès de l’Ordre des Médecins ?

MFG a déposé une plainte disciplinaire pour un travail de doctorat slovaque douteux. L’autorité slovaque a également été saisie.

Vienne (OTS) — Lors de la crise politique du Corona, il a voulu être le gardien de la scientificité et a menacé, et probablement initié, des procédures disciplinaires à l’encontre de médecins qui ne pensaient pas comme lui. Aujourd’hui, le président de l’ÄK, Thomas Szekeres, devra peut-être lui-même passer devant la commission disciplinaire de l’ÄK.

Rappel des faits :

Il y a quelques semaines, on a appris que Szekeres avait obtenu son doctorat en 2003 à l’université privée slovaque de Trnava, alors qu’il travaillait à l’Université de médecine de Vienne. Ce qui est déconcertant, c’est que cette « thèse » ne traite d’aucun sujet nouveau. Au lieu de cela, il s’agit d’une simple compilation de onze publications qui avaient déjà été publiées entre 1994 et 2002. Szekeres n’est le premier auteur que de quatre d’entre elles. Deux d’entre elles sont des « reviews », c’est-à-dire des résumés d’études menées par d’autres scientifiques – il ne s’agit donc pas d’une étude indépendante ou d’un traité général, comme c’est le cas pour une thèse de doctorat ou comme cela est exigé pour un PhD. Dans quatre études, l’épouse de Szekeres est même le premier auteur. Cette série de publications a ensuite été copiée et agrafée négligemment sous le titre « Enzyme targeted chemotherapy by inhibition of key enzymes of DNA synthesis ». Le MFG a maintenant porté l’affaire devant la commission disciplinaire de l’ÄK, devant laquelle de nombreux médecins, dont l’opinion sur la Corona diffère de celle de leur président, ont dû s’expliquer ces derniers mois.

Standard scientifique international ?

Dans l’exposé des motifs de la plainte de la MFG, on peut lire : « Le suspect porte le titre de “PhD” et fait référence dans diverses présentations de son curriculum vitae — entre autres dans celle figurant sur le site web de l’Ordre des Médecins autrichiens — à l’obtention d’un doctorat en philosophie (PhD) à l’université de Trnava. Le suspect a ainsi donné l’impression d’avoir produit une qualification scientifique allant bien au-delà de ce qui est exigé d’un médecin. Cette impression ne résiste toutefois pas à un examen plus approfondi. La thèse ne répond manifestement pas aux normes scientifiques internationales en vigueur pour ce type d’écrits. Elle peut difficilement être considérée comme une preuve de qualification scientifique justifiant le doctorat en philosophie ».

L’autorité slovaque également impliquée

Mais Szekeres n’est pas seulement menacé par sa propre chambre : le groupe de médecins MFG a en outre soumis l’ensemble du « travail » de Szekeres au ministère slovaque de l’Éducation pour vérification. Il s’agit notamment de déterminer si Szekeres a jamais étudié dans cette université. La possibilité de poursuites pénales en Slovaquie est encore à l’étude (le président Szekeres bénéficie de la présomption d’innocence).

Groupe de médecins MFG : www.aerzte-nicht-kammer.at

Pour rappel :

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires