Auteur/autrice : Joseph Stroberg

Entendre et écouter pour communiquer, maintenant et dans l’Humanité future

Dans la langue française, deux mots sont utilisés pour représenter les trois étapes d’une véritable communication. Le mot « entendre » s’y trouve dans la première et dans la dernière étape, alors qu’« écouter » représente la phase intermédiaire de la communication.(...) Dans le Nouveau Monde, les êtres humains de la prochaine Humanité, celle qui suivra les Homo Sapiens, parviendront de plus en plus à mettre en œuvre une communication d’une qualité telle qu’elle existe rarement de nos jours.

Lire la suite

La fin des partis politiques

Pour des élites qui souhaitent pouvoir toujours mieux contrôler les masses populaires, le meilleur système est celui qui donne à ces masses l’illusion de la liberté, mais offre en fait la contrainte. Celui-ci a pour nom « Démocratie » qui en théorie signifie une forme de gouvernement assumée par le peuple lui-même, et donc implique que le peuple soit souverain. Dans la pratique, l’existence des partis politiques au centre d’un processus électoral représente le principal obstacle à la souveraineté des peuples.

Lire la suite

Les trois filtres de Socrate

Nous gagnerions, individuellement et collectivement, à effectuer ce test des trois passoires ou des trois filtres chaque fois que nous nous apprêtons à dire quelque chose de quelqu’un aussi bien que lorsque nous recevons des nouvelles ou des informations au sujet d’un individu particulier ou d’un groupe. Est-ce que ce que nous allons mentionner est vrai, c’est-à-dire conforme à la réalité, ou bien est-ce qu’il s’agit d’un mensonge ou de quelque chose dont nous n’avons pas pu vérifier la véracité ? Est-ce que c’est bon ou constructif, au moins pour la personne ou le groupe visé ? Est-ce que c’est utile ?

Lire la suite

L’asservissement des peuples par le contrôle des ressources

L’asservissement total d’un individu ou d’un groupement humain ne peut se faire tant que celui-ci dispose d’un libre accès aux ressources qui lui sont nécessaires pour remplir ses besoins correspondants (voir la Note sur l’effondrement des civilisations). Certains des besoins étant plus vitaux que les autres, contrôler les ressources correspondantes est particulièrement déterminant et prioritaire. Ceux qui cherchent à asservir gagnent à les accaparer en priorité. Et ceux qui cherchent à préserver leur liberté gagnent à les conserver ou à en découvrir d’équivalentes. L’Histoire peut se lire comme une longue lutte entre, d’une part, des élites avides de contrôler leur espace et les humains et autres êtres vivants qui s’y trouvent inclus et, d’autre part, des êtres humains qui aspiraient essentiellement à une vie simple et libre.

Lire la suite

Vive le pelletage de neige !

Au Québec, pelleter la neige fait partie des habitudes du commun des mortels ayant la chance ou la malchance d’habiter dans une maison particulière, même lorsqu’il possède une souffleuse à neige qui ne soit pas en panne. Celle-ci n’est en effet pas des plus efficaces pour ôter la neige des escaliers ou de chemins étroits et encore moins la barrière de glace laissée à l’entrée de l’allée par la « charue » chargée d’évacuer la neige des rues du quartier. Et l’hiver québécois a la fâcheuse tendance à durer cinq ou six mois par an. Surtout pour un immigré en provenance d’un pays au climat généralement plus clément, le pelletage de neige peut paraître bien « chiant ». Plus il aura été habitué au confort, à la facilité matérielle, à l’absence d’efforts physiques, à la vie dans un cocon, et plus sa personnalité pourra avoir tendance à se révolter contre la nature de son pays d’accueil. Pourtant, d’un autre point de vue, l’hiver québécois est une bénédiction en ces temps modernes. Pourquoi, pourrions-nous nous demander?

Lire la suite

Note sur la souveraineté monétaire

Pierre Jovanovic a rapporté la fermeture d'une imprimerie française de plus de quatre cent ans et qui était à la pointe en matière d'impression de passeports, de billets de banques, de chèques de banques, etc. Pourquoi fermer une telle imprimerie qui était en bonne santé avec un carnet de commandes bien rempli ? Si le but est de détruire en France toute possibilité d'indépendance financière (et de recréer par exemple des billets en Francs français), celui-ci sera peut-être atteint momentanément. Cependant, la réelle souveraineté d'un peuple peut s'obtenir sans le recours à une monnaie.

Lire la suite

Un choix déterminant

En cette période critique du début du troisième millénaire, plus les années passent, et plus se renforce un clivage fondamental entre les êtres humains. Trois lignes de comportement, d’état et de conscience se dégagent de manière de plus en plus marquée. Elles deviennent de plus en plus visibles, à l’image de trois liquides de densités différentes que l’on avait jusqu’à présent forcés à se mêler en une sorte de vinaigrette, mais dont le temps sépare progressivement les couches de « densité », comme l’huile finit par se séparer de l’eau. On peut les représenter schématiquement comme suit :

Lire la suite

La faillite de la science matérialiste ?

La science moderne a émergé approximativement au moment de la Révolution française, il y a maintenant plus de deux siècles. Depuis lors, l’Humanité s’est lancée dans une course au « progrès » technologique qui en est directement issu et qui lui reste étroitement associé. Un tour d’horizon rapide permettra de déterminer si la progression scientifique et technique exponentielle a permis ou non l’amélioration des conditions humaine et planétaire. Et si malgré le temps et les ressources (notamment financières) investies, le bilan reste plutôt défavorable autant aux êtres humains qu’aux autres êtres vivants et qu’à la planète elle-même, peut-être sera-t-il nécessaire d’envisager la faillite de notre science éminemment matérialiste, ceci pour permettre de passer à autre chose.

Lire la suite

Note sur l’antisémitisme et sur le racisme en général

L’Humanité moderne est encore comparable à une cour de récréation fréquentée par des adolescents ou de plus jeunes enfants. Les êtres humains s’y chamaillent pour des croyances, pour leur nom de famille ou pour la couleur de leur peau. Pourtant, les problèmes actuels de l’Humanité ne sont pas imputables à ceux qui appartiennent à tel clan plutôt qu’à tel autre, même si certains ont plus de prédispositions que d’autres à s’ériger en caïds de la classe. Ils le sont essentiellement à cause de l’immaturité psychologique, intellectuelle, et surtout spirituelle d’un trop grand nombre d’entre nous, indépendamment de notre race, de notre origine socioculturelle, de notre religion et de nos opinions politiques.

Lire la suite

Note sur le fanatisme

Par Joseph Stroberg Le fanatisme provient d’un excès de dévotion envers un idéal, une idéologie, une cause ou même envers une personne, un animal ou un objet idéalisé. Il n’est donc pas limité ou restreint au domaine des croyances religieuses, mais se trouve aussi en politique (du fait des idéologies et des partis politiques), dans le show-business (envers les « stars »), dans le sport, dans le domaine de la santé (par exemple chez certains végétariens), etc. Le fanatisme ne devient un problème que lorsque le fanatique cherche à amener les autres individus ou les autres groupes vers l’objet de sa dévotion, à leur imposer les comportements qui en découlent ou à attaquer ce qui ne cadre pas avec ou qui y fait obstacle. Ainsi : le fanatique religieux peut s’en prendre aux croyants ou aux pratiquants d’autres religions ou croyances;le fanatique politique risque de s’en prendre aux suiveurs d’autres idéologies ou aux membres d’autres partis politiques;le fan de vedettes sportives, du cinéma ou de la chanson peut s’en prendre à la star qui s’écarte du modèle initialement idéalisé ou aux fans d’autres vedettes;et le fanatique végétarien a des chances de s’en prendre aux bouchers et aux boucheries;etc. Le fanatisme ne peut se combattre en ayant recours à une autre forme de fanatisme. Cette approche ne fait que multiplier les conflits. Il ne peut pas non plus se combattre en ternissant l’objet de la dévotion, car le plus souvent, par réaction et par mécanisme psychologique tel que la dissonance cognitive, ceci ne fera au contraire qu’amener le fanatique à protéger l’objet de sa dévotion ou à rechercher de nouveaux motifs d’adoration, de vénération ou de zèle. Le fanatisme d’un individu ne peut disparaître progressivement qu’en l’aidant à le transcender. Et la transcendance d’un idéal ou d’une idéologie se trouve en l’élevant sur le…

Lire la suite

Note sur les mouvements humains et la sagesse du Tao

L’Humanité résulte de la combinaison de ses individus. La direction qu’elle suit est la synthèse des différents mouvements individuels et collectifs en son sain. Sans organisation et sans objectif unitaire des mouvements, ceux-ci partent dans toutes les directions et l’on arrive finalement au chaos (même si par ailleurs des mouvements organisés peuvent directement et plus rapidement atteindre le chaos, si tel est leur objectif). Des leaders ou des pilotes peuvent guider un groupe dans une direction particulière, au besoin en fondant une organisation concrète susceptible d’ancrer le mouvement dans la durée. Et cette direction peut au contraire éloigner l’Humanité d’une situation plus ou moins fortement chaotique et critique.

Lire la suite

Servir l’Humanité ou s’en remettre à la Volonté du Père ?

Le nouveau courant religieux qu’est le Nouvel-Âge met en avant les notions de service à l’Humanité et de Serviteur du monde en liaison avec l’ère du Verseau. Depuis deux mille ans, le Christianisme met plutôt l’accent sur le Sauveur du monde qui s’en est remis à la Volonté de son Père et sur l’amour du prochain. Le mouvement récent recommande le service et l’appel à la manifestation du « plan » de son dieu Lucifer sur la terre. Dans le même temps, le mouvement ancien recommande la prière et l’appel à rejoindre le royaume céleste. Le premier tend à valoriser la « déesse » ou la mère Nature, à réclamer le matriarcat. Le second est d’essence patriarcale.

Lire la suite

Note sur les religions et l’athéisme

L’athéisme et l’agnosticisme ayant ceci de commun qu’ils ne se préoccupent pas d’un principe créateur universel ou transcendant se ramènent finalement à des croyances matérialistes. En se référant à l’article « Servir l’Humanité ou s’en remettre à la Volonté du Père ? », ces formes de croyances sont assimilables à des religions de nature exclusivement féminine. Elles plongent en effet l’individu dans la matière tout en lui retirant toute possibilité d’effectuer le mouvement inverse. Or les tendances extrémistes représentent des déséquilibres tels qu’elles sont généralement destructrices à plus ou moins long terme et parfois à très court terme. En l’occurrence ici, on peut facilement voir dans l’athéisme et l’agnosticisme la cause fondamentale du déclin de la conscience morale et conséquemment d’un chaos social, culturel, politique et civilisationnel croissant. Que ces croyances aient été stimulées ou non elles-mêmes par l’Humanisme ne change probablement pas grand-chose aux résultats. Les destructions environnementales en sont parmi les signes les plus visibles.

Lire la suite

L’utilité des miroirs et de l’observateur

Il semble bien que la meilleure façon de connaître quelque chose soit de l’expérimenter soi-même directement. Une connaissance qui reste livresque ou par l’intermédiaire de vidéos, pour ne citer que deux exemples d’intermédiaires, peut-elle en effet atteindre la même complétude? Peut-on connaître la sculpture sans sculpter soi-même, une émotion sans l’éprouver soi-même, la mer en restant sur la plage, une idéologie ou une religion sans s’y relier, une autre personne sans la fréquenter…? Oh! bien sûr, on peut toujours les critiquer, de l’extérieur. « La critique est aisée, mais l’art est difficile ». Si l’on n’expérimente pas soi-même ce dont il est question, cela demeure externe et superficiel. Cela est surtout bon pour engendrer des conflits. Et l’on finit souvent par critiquer les personnes elles-mêmes au lieu de chercher à connaître ou à comprendre qui elles sont, ce qu’elles disent, ce qu’elles font et ce qui les motive… Bien sûr, critiquer fait aussi partie de l’expérience humaine. Ce faisant, c’est souvent bien après que l’on réalise l’objet réel de la critique : la connaissance de soi!

Lire la suite

Courte Note sur Greta Thunberg et sur l’Asperger

Même si l’individu Asperger peut avoir des atouts intellectuels (contrairement à un univers émotionnel et social plus limité), ceci ne l’empêche pas de pouvoir se tromper. Il peut même être particulièrement doué pour cela, d’autant plus que son honnêteté spontanée peut le rendre proportionnellement plus naïf et manipulable. Comme pour un logiciel, s’il reçoit des informations erronées ou mensongères, il aura beau les traiter de la manière la plus efficace ou la plus logique, les déductions ne pourront qu’être entachées d’erreurs ou d’illusions.

Lire la suite

Note sur la respiration de l’Humanité

À l’image d’un individu, l’Humanité « respire ». Elle alterne des phases d’inspiration et d’expiration. En tant qu’organisme collectif, elle ne respire pas de l’air, mais de la conscience. Lors d’une phase d’inspiration, la société renaît, évolue, s’organise en formes de plus en plus complexes. Les individus et les groupes particulièrement inspirés créent des chefs-d’oeuvre dont certains peuvent franchir les siècles. Les arts fleurissent. De nouvelles ressources sont découvertes. Des réseaux de communication se tissent. Des religions naissent et d’autres sont en pleine expansion. La conscience se tourne dans toutes les directions et guide les réalisations humaines. La foi des êtres humains transcende leurs peurs…

Lire la suite

ETs ou pas ETs?

La présence ou la visite de races intelligentes aliénigènes – humanoïdes ou non – reste officiellement non résolue et largement sujette aux spéculations les plus diverses. Et ceci restera probablement le cas tant qu’il n’y aura pas une reconnaissance universelle, dans l’éventualité où elle serait réelle. En attendant, les hypothèses sont multiples et très variées. Elles concernent autant la nature de telles races que leurs moyens technologiques, leur degré de conscience, leurs intentions concernant la Terre et/ou l’Humanité, leur provenance, etc. Elles sont souvent reliées au phénomène Ovni qui demeure lui-même flou, mais dont l’existence semble être maintenant majoritairement admise, sachant par ailleurs qu’un consensus ou même l’unanimité autour d’une hypothèse ne rendent pas automatiquement réelle cette dernière.

Lire la suite

L’art de se compliquer la vie

Depuis l’invention de l’agriculture, l’Humanité s’est lancée dans un processus de complexification croissante de son existence. Partant de sociétés nomades, semi-sédentaires ou rurales dispersées, elle s’est mise à construire des cités de plus en plus peuplées, jusqu’à arriver aux mégapoles modernes. Parallèlement, poussée par l’instinct de survie, puis par l’avidité, elle a créé des empires de plus en plus étendus et tente actuellement d’en réaliser un à l’échelle planétaire, le Nouvel Ordre Mondial.

Lire la suite

NOM : qui tire les ficelles ?

Différents protagonistes des milieux alternatifs souvent assimilés à des « complotistes » par les défenseurs du Système tendent tous à identifier tels groupes ou tels individus comme meneurs principaux du Nouvel Ordre Mondial. Certains privilégient les sionistes, d’autres les jésuites, d’autres les riches, d’autres, encore, les franc-maçons, etc. En conséquence et malheureusement, ils se tirent beaucoup trop souvent mutuellement dans les pattes au lieu de s’unir et de mettre en commun le résultat de leurs découvertes. Certains d’entre eux finissent alors même par apparaître comme de faux résistants à l’oppression, ou comme des opposants contrôlés. Est-ce qu’ils le sont véritablement ? Eux seuls le savent. Cependant, s’en défendre, même haut et fort, ne suffira pas à rassurer ceux qui manifestent de sérieux doutes quant à leurs motivations réelles.

Lire la suite

Note sur le mental et l’astral

Le mental est un plan ou domaine d’existence relatif aux pensées et aux capacités de compréhension et d’évaluation des choses et des êtres. Dans l’être humain, il s’agit alors de ses capacités relatives aux pensées, à la compréhension, à l’analyse, à l’évaluation, etc. Il peut être décomposé en trois caractéristiques subsidiaires, à l’image de la lumière blanche qui peut être décomposée en les trois couleurs primaires que sont le bleu, le vert et le rouge. Celles-ci sont :

Lire la suite

Prise de conscience et autisme

La prise de conscience de l’existence d’un fait, d’un être ou d’un objet se développe en trois étapes. Elle commence par la réception des informations relatives à ce fait, cet être ou cet objet, informations reçues par le biais des sens. Elle se poursuit par la réaction aux informations. Elle s’achève par la représentation interne en fonction de la réaction. Ces étapes concernent généralement les trois dimensions de l’existence que sont le physique, l’astral (émotionnel, sensibilité, monde des désirs) et le mental. Nous verrons schématiquement comment des lacunes ou des dysfonctions entre les étapes et/ou entre ces domaines se répercutent dans le fonctionnement de l’individu et ses interactions sociales.

Lire la suite

Après le Nouvel Ordre Mondial

Que l’on se base sur les grandes prophéties religieuses (bibliques, coraniques…) ou sur la simple logique associée à l’observation des faits et de l’Histoire, le Nouvel Ordre Mondial aura inéluctablement une fin. Nous pouvons alors nous poser la question de sa succession. Qu’est-ce qui succédera à cet ordre, à ce système, à cette « civilisation ». Quel genre de vie les êtres humains et les autres êtres vivants terrestres connaîtront-ils ensuite ? Une petite idée du futur peut également résulter de l’étude du passé et de l’observation du présent et des lois universelles.

Lire la suite

Prospérité ?

Quand l’Homme a pu faire le tour de la Terre, il a exploré les continents pour en extraire or et richesses. Quand il a pu voler dans les airs, il a abandonné ses dieux. Maintenant, il se prend pour l’un d’eux et rêve de conquérir l’espace. Sa planète trop petite ne lui permet plus la prospérité espérée. Sept milliards d’êtres humains ne peuvent s’y trouver tous riches. Enfermez dix rats dans une pièce et un morceau de fromage. Vont-ils le partager ? Enfermez dix homo sapiens modernes dans une pièce et un téléphone cellulaire. Vont-ils se le prêter ? L’un d’eux va-t-il essayer de s’en nourrir ? Qu’est-ce que peut bien signifier pour eux la « prospérité » ? Le fait d’avoir chacun un cellulaire ? Ou de pouvoir en plus manger un morceau de fromage ?

Lire la suite

Cette chose sur laquelle on ne peut pas tricher

Avec leur inventivité, peut-être pas toujours très saine et constructive, les êtres humains sont parvenus à tricher sur beaucoup de choses : sur la quantité d’or qu’ils possédaient, en recouvrant par exemple du plomb avec une mince feuille d’or ; sur l’essence à laquelle on peut ajouter de l’eau au risque de devoir nettoyer ensuite le carburateur ; sur le steak haché auquel on peut substituer de la peau, du jus de betterave, des os broyés et de la graisse sans pour autant lui donner le goût adéquat, mais dont ce substitut peut toujours être refilé à des pauvres qui n’ont encore jamais mangé de steak véritable… Cependant, il y a une chose sur laquelle il ne sera probablement jamais possible de tricher, c’est avec l’énergie.

Lire la suite

La peur et l’espoir comme outils politiques

Traditionnellement et jusqu’à une époque récente, les mouvements et partis politiques qui souhaitaient propulser leurs candidats jusqu’aux fonctions suprêmes, spécialement la présidence ou l’administration d’un pays, jouaient principalement sur deux émotions humaines fondamentales, la peur et l’espoir. La première était plutôt stimulée par les partis considérés comme étant à droite de l’échiquier politique. La seconde était au contraire le plus souvent utilisée par les partis de gauche. Pourquoi ces deux émotions particulières sont-elles plus spécialement manipulées et pourquoi le désespoir ne l’est-il pas ?

Lire la suite

Note sur le prochain système monétaire

L’objectif des élites promotrices du Nouvel Ordre Mondial étant un contrôle hyper centralisé du monde dans tous les domaines, notamment les monétaire et financier, le prochain système économique, monétaire et financier devrait être appuyé sur une banque centrale unique contrôlée par cette élite. En tenant compte des tendances actuelles au niveau mondial, on doit pouvoir extrapoler assez facilement quelles seront ses caractéristiques. Et ce que l’on observe actuellement est notamment :

Lire la suite

Note sur l’évolution du climat

Sous la pression du GIEC, les êtres humains sont invités à penser uniformément que l’évolution récente du climat (depuis environ une centaine d’années) serait principalement due à eux-mêmes, loin devant les cycles naturels qui trouvent leur source originellement dans les variations orbitales de la planète et dans celles du rayonnement solaire. Les Hommes produiraient beaucoup trop de CO2, gaz mentionné comme étant à gros effet de serre. Cette théorie est souvent présentée comme une vérité absolue qu’on ne peut plus remettre en question, comme s’il s’agissait d’un dogme religieux. Ceux qui n’y adhèrent pas complètement, ou pas du tout, sont qualifiés de « climato-sceptiques », voire de « négationnistes » du climat.

Lire la suite

L’Homme programmé ou l’Homme libre ?

Certains théoriciens pensent que le libre arbitre humain n’existe pas, parce que l’Homme serait programmé et ne réagirait qu’en fonction de sa programmation. Quelles sont les principales implications et la plausibilité d’une telle hypothèse ? Avec quel type de création universelle serait-elle compatible ? Nous verrons comment la notion de chaos peut être déterminante dans la tentative d’apporter des réponses, puisqu’il semble que l’univers soit né du chaos et destiné à y retourner.

Lire la suite

La vue, la vision et la vie

La vie d’un être humain est largement conditionnée d’abord par ce qu’il en perçoit, puis par la manière dont il y réagit (physiquement, émotionnellement et mentalement…) selon sa personnalité et son caractère, et enfin en fonction de la représentation interne qu’il se fait d’elle et de l’univers. Cette dernière tend à guider ensuite ses actes et ses choix dans tous les domaines de l’existence : familial, professionnel, social, ludique, économique, éducatif, culturel, religieux…

Lire la suite

Ce que crée l’Homme et le sens de la mesure

S’appuyant notamment sur une extrapolation abusive d’une certaine interprétation d’expériences de mécanique quantique, certaines personnes en viennent à considérer que l’observateur influence (ou même crée) le monde juste par sa manière de l’observer. Et une partie d’entre elles croient alors qu’elles sont Dieu. Ce sont des théories et des croyances comme les autres, mais certaines d’entre ces théories et croyances sont fortement déconnectées de la réalité objective. En d’autres termes, elles relèvent bien davantage d’illusion mentale que de réalisme. Concernant l’être humain et ce qu’il peut créer, si nous ne souhaitons pas nous contenter de fabulations et d’élucubrations, nous gagnons à acquérir et surtout à démontrer un certain sens de la mesure et des proportions.

Lire la suite

Terre vivante ?

Alors que la science tend généralement à considérer notre planète comme un être inerte, exception faite des théories Gaïa, de nombreux indices (dont certains mentionnés dans ces théories) tendent à la démontrer comme étant un être vivant. Après une revue des plus importants d’entre eux, nous tenterons, par analogie, de déterminer quel peut être le rôle de certains règnes de la nature et plus particulièrement de l’Humanité considérée ici comme un règne à part entière.

Lire la suite