Ça sent la mort pour la pseudoscience qu’est la virologie

08/07/2024 (2024-06-19)

La virologie sous contrôle
Exposer la méthodologie pseudo-scientifique

[Source : mikestone.substack.com]

Par Mike Stone

Au début de cette année, j’ai été informé de certains développements très intéressants dans la lutte contre la pseudoscience connue sous le nom de virologie. Dans les coulisses, des personnes très intelligentes et ingénieuses ont entrepris de mettre à l’épreuve les méthodes de la virologie. Ces personnes se sont inspirées des travaux du Dr Stefan Lanka et de ses expériences de contrôle réalisées en 20201, qui ont ouvert les yeux de nombreuses personnes sur la fraude en matière de culture cellulaire. Pour ceux qui ne le sauraient pas, les expériences de contrôle dans les expériences scientifiques sont conçues pour s’assurer que la cause présumée, appelée variable indépendante, ou le supposé « virus » dans ce cas, est la seule chose qui pourrait causer l’effet observé, appelé variable dépendante, qui devrait être les symptômes de la maladie associée au « virus ».

« Une étude avec contrôle(s) est conçue pour garantir que les effets sont dus aux variables indépendantes de l’expérience. L’utilisation de contrôles permet d’étudier une variable ou un facteur à la fois. Il est toutefois important que le groupe de contrôle et l’autre groupe (expérimental) soient exposés aux mêmes conditions, à l’exception de la variable étudiée. Cela permettra de tirer des conclusions plus précises et plus fiables ».

https://www.biologyonline.com/dictionary/control

Ce qu’il faut comprendre en matière de virologie, c’est que les expériences de culture cellulaire utilisées pour confirmer l’existence d’un « virus » ne reflètent pas une hypothèse basée sur un phénomène naturel observé (une exigence de la méthode scientifique) et ne commencent jamais par une variable indépendante valable sous la forme de particules « virales » purifiées et isolées identifiées avant que l’expérience n’ait lieu. Le « virus » est supposé être présent dans les fluides non purifiés prélevés sur un hôte malade. La variable dépendante, ou l’effet recherché par les chercheurs, n’est pas le phénomène naturel observé des symptômes de la maladie comme il devrait l’être, mais plutôt ce que l’on appelle l’effet cytopathogène (ECP), un effet non spécifique créé en laboratoire associé à la mort de la cellule et dont on sait qu’il est causé par de nombreux facteurs tels que :

  1. Bactéries
  2. Amibe
  3. Parasites
  4. Antibiotiques
  5. Antifongiques
  6. Contaminants chimiques
  7. L’âge et la détérioration des cellules
  8. Stress environnemental

Un « virus » imaginaire qui n’est jamais observé avant le début de l’expérience et qui n’est pas disponible pour être modifié et manipulé pendant l’expérience n’est pas nécessaire pour expliquer pourquoi les chercheurs assistent à la mort de la cellule. Les conditions mêmes de l’expérience suffisent à créer l’effet observé dans la boîte de Petri. C’est ce qu’ont montré les contrôles effectués par le Dr Lanka lorsqu’il a pris l’initiative de mettre en évidence les failles de la méthodologie de la virologie.

Les travaux du Dr Lanka ont porté préjudice à la pseudoscience qu’est la virologie. Toutefois, les critiques formulées à l’encontre de ses résultats ont permis aux défenseurs de la fraude de les balayer du revers de la main. Si les résultats du Dr Lanka portent un coup incontestable à la virologie, ils présentent néanmoins des faiblesses, comme l’absence d’images au microscope électronique montrant que les mêmes particules « virales » existent sans qu’aucun échantillon « viral » n’ait été ajouté à la culture. Les résultats des expériences du Dr Lanka, réalisées en trois phases, ont également été difficiles à trouver, à reconstituer et à partager avec d’autres dans leur intégralité. Heureusement, une équipe de biochimistes et de généticiens expérimentés, dirigée par Jamie Andrewes, a pris ces critiques à cœur et s’est efforcée d’y répondre tout en élargissant la portée des travaux du Dr Lanka. Non seulement ils ont répété les expériences de culture cellulaire conformément aux directives de l’ATCC, mais ils ont également réalisé des micrographies électroniques pour déterminer si les mêmes particules « virales » peuvent être trouvées dans des échantillons ne contenant aucun matériel « viral ». Il s’agit d’un projet de grande envergure qui, jusqu’à présent, a été autofinancé par des chercheurs de vérité dévoués qui, contrairement aux virologues, comprennent la méthode scientifique. Ce qu’ils ont trouvé devrait porter le coup de grâce à la pseudoscience connue sous le nom de virologie. C’est avec enthousiasme que je vous présente ci-dessous la description du projet par Jamie, ce qu’ils ont découvert à ce jour, comment vous pouvez les aider et participer, ainsi que la direction qu’ils souhaitent donner à leurs recherches à l’avenir.

[Voir aussi :
Aveuglés par la pseudoscience,
UN ADIEU À LA VIROLOGIE (ÉDITION POUR EXPERT)
et (pour ceux qui croient au conte de fées hollywoodien des virus augmentés en labos P4)
C’est l’heure du conte « Gain de Fiction »* avec RFK Jr. et ses amis !]


La virologie a prouvé à maintes reprises qu’elle n’utilisait pas les contrôles appropriés.

Au cours des huit derniers mois, une équipe composée de biochimistes et de généticiens ayant 30 ans d’expérience a mené les études de contrôle les plus complètes jamais réalisées sur la méthodologie virologique.

Nous inspirant des expériences de contrôle menées par le Dr Stefan Lanka, nous avons cherché non seulement à reproduire ses résultats, mais aussi à les développer, en examinant minutieusement CHAQUE point de référence que les virologues citent comme preuve de l’existence des « virus ».

Nous menons des expériences de contrôle dans ces domaines :

  • Isolement des cultures cellulaires
  • Microscopie électronique à transmission
  • Anticorps
  • PCR
  • Protéomique
  • Séquençage complet du génome.

À ce jour, nous avons réalisé plus de 90 études de contrôle de cultures cellulaires. Ces cultures ne contenaient AUCUN ÉCHANTILLON, seulement la lignée cellulaire, des antibiotiques et du sérum bovin fœtal (FBS), et nous avons constaté l’effet cytopathogène (ECP — mort cellulaire censée indiquer la présence d’un virus) dans TOUTES les cultures.

Nous avons repris certains des problèmes rencontrés par les contrôles de cultures cellulaires du Dr Lanka, tels que les lignées cellulaires « en surnombre », et nous avons cherché à couvrir tous les aspects de la méthodologie, en recoupant le protocole standard de manipulation des cultures cellulaires fourni par l’ATCC.

Nous avons utilisé les lignées cellulaires les plus robustes (HEK293T) et les antibiotiques les moins agressifs, à savoir la pénicilline et la streptomycine (Pen/Strep), afin de renforcer le poids de nos conclusions.

Nous avons également cherché à vérifier objectivement l’existence d’un ECP dans ces cultures. En utilisant la spectrométrie laser et une machine spécifique de viabilité cellulaire appelée COUNTESS, nous avons obtenu une vérification objective en pourcentage de l’ECP dans toutes les cultures.

Culture cellulaire sans échantillon d’expectoration humaine.

Ci-dessus, un exemple d’une culture dans le cadre de l’expérience. Notez la mort évidente et l’apoptose des cellules au quatrième jour seulement après l’élimination des nutriments FBS.

Le COUNTESS a enregistré jusqu’à 44 % de décès cellulaires, ce qui est facilement compatible avec les attributions croisées de l’ECP pour dénoter un « virus » sans qu’il soit possible qu’un « virus » soit présent dans la culture.

Notez également l’augmentation de l’ECP de gauche à droite avec l’ajout d’antibiotiques (Pen/Strep) conformément aux protocoles de l’ATCC.

Culture cellulaire avec un échantillon d’expectoration humaine.

Pour servir de « contrôle positif », nous avons ajouté des expectorations humaines à plusieurs de nos cultures pour voir si cela affectait radicalement la quantité d’ECP.

Comme vous pouvez le constater, la quantité de FPC enregistrée par COUNTESS était presque identique, voire légèrement inférieure, à celle enregistrée avec NO SAMPLE.

C’est une preuve supplémentaire que l’ECP dans ces cultures est UNIQUEMENT causé par l’élimination des nutriments FBS et l’ajout d’antibiotiques dans les dosages recommandés par l’industrie.

Nous avons les résultats et voulons vous montrer une première mondiale.

Nous avons envoyé ces cultures à un organisme de recherche sous contrat (ORC) indépendant et accrédité pour effectuer une microscopie électronique à transmission (MET) sur les cultures de contrôle et avons identifié avec certitude le « SARS-COV-2 », le « VIH » et la « rougeole ». !!!!!!!!!

Image d’une vésicule extracellulaire.

Nous leur avons demandé de rechercher des vésicules extracellulaires qu’ils ont identifiées avec certitude ci-dessus. Notez qu’elles sont vides, difformes et beaucoup plus grandes que la plupart des « virus » (2000 nm).

Image CDC d’Omicron « SARS-COV-2 ».

Image de la particule « SARS-COV-2 » trouvée dans le contrôle « sans virus ».

En croisant la taille, la forme et les inclusions avec la version CDC du « SARS-COV-2 » (dans le carré rouge), nous avons identifié avec certitude le « SARS-COV-2 » dans notre culture. Notez la forme ronde, les mêmes inclusions à l’intérieur et exactement la même taille de 120 nm.

Image du CDC du « VIH ».

Image de la particule de « VIH » trouvée dans le contrôle « sans virus ».

En croisant la taille, la forme et les inclusions avec la version CDC du VIH (avec l’écriture rouge), nous avons identifié avec certitude le « VIH » dans notre culture. Notez la même forme ronde, la même inclusion de type « noyau » et exactement la même taille (80 nm).

Image du CDC du « virus » de la rougeole.

Image de la particule du « virus » de la rougeole trouvée dans le contrôle « sans virus ».

En croisant la taille, la forme et les inclusions avec la version CDC de la rougeole, nous avons identifié avec certitude la « rougeole » dans notre culture. Notez la même forme ovale, le même type d’inclusion sous forme de protéines en pointillés, les phosphoprotéines, et exactement la même taille à 250 nm.

Tous ces éléments ont été trouvés dans seulement 9 images de notre culture. Notre budget ne nous a pas permis de souscrire un forfait qui nous aurait permis d’avoir une session en direct sous le microscope avec le CRO. Nous ne doutons pas que si nous pouvions acheter un forfait qui nous donne plus d’images avec un contrôle sur l’endroit où regarder, nous pourrions trouver tous les « virus » connus de l’homme dans des détails impeccables.

C’est ici que nous avons besoin de votre AIDE !

Jusqu’à présent, nous avons gardé ces expériences privées et les avons financées nous-mêmes.

L’étape suivante de ces expériences de contrôle, à laquelle toutes les voies mènent, est la génétique, la PCR et le séquençage complet du génome.

Pour bien comprendre ce qui se passe avec la PCR, sinon pour la « génétique virale », nous devons acheter une machine qPCR et quelques autres équipements. Nous devons envoyer des échantillons à des ORC pour le séquençage complet du génome et nous aimerions effectuer un TEM plus complet.

Pour ce faire, nous nous ouvrons au pouvoir des citoyens. Nous serions extrêmement reconnaissants de toute aide permettant de poursuivre ces expériences vitales.

En retour, nous voulons vous donner quelque chose pour vos dons.

Lorsque nous aurons obtenu tous les résultats possibles, nous ferons un compte-rendu complet de CHAQUE méthodologie, liste d’équipement et de matériel et toutes les directives que nous avons suivies pour faire un paquet que nous voulons VOUS donner. Avec ce dossier, nous publierons une vidéo expliquant ces résultats, comment ils peuvent être reproduits et, plus important encore, comment ils peuvent être utilisés.

Nous avons consulté nos avocats qui confirment que, si nous mettons ces résultats expérimentaux en libre accès, n’importe qui peut se les approprier et les utiliser à son propre titre.

Une grande partie de la raison pour laquelle nous faisons ces expériences est de nous protéger et de protéger nos proches s’ils essaient un jour de répéter l’expérience de 2020. Ce document scientifique peut être remis aux employeurs, aux écoles, aux frontières internationales, etc., etc., qui veulent essayer d’imposer des vaccins ou des politiques de dépistage/masquage pour prouver que la science sur laquelle se fondent leurs machinations politiques est frauduleuse.

Lanka, Martin Haberland et d’autres ont créé de nombreux précédents juridiques en remportant des victoires devant les tribunaux sur la base de la vérité de l’absence de virus2. Nous espérons être juridiquement et scientifiquement prêts pour la prochaine fois.

Nous avons besoin de votre aide pour contribuer à la découverte de la vérité sur la virologie ! Il y a un lien pour faire un don pour ce projet et tous les dons sont massivement appréciés. Si vous laissez votre email, nous mettons en open source TOUTES ces expériences pour que vous puissiez les utiliser selon votre propre capacité.

https://thewayfwrd.com/donate

Bien cordialement,

Jamie Andrews.


BOOM !!!

Nous vivons une époque passionnante où les personnes intéressées par la vérité n’ont pas besoin de compter sur les « experts » pour leur dire ce qui est scientifiquement valable et ce qui ne l’est pas. Comme l’ont montré Jamie et ses collègues, nous n’avons pas besoin de nous asseoir et d’attendre que de soi-disant scientifiques fassent les expériences de contrôle qui auraient dû être réalisées depuis le début. Nous avons la capacité de prendre les choses en main et de découvrir la vérité par nous-mêmes. Nous pouvons faire ce que les virologues ont peur de faire et réaliser nous-mêmes les expériences nécessaires. Plutôt que de continuer à décortiquer les sections de la littérature virologique consacrées aux méthodes, nous pouvons démontrer que la méthodologie est frauduleuse en réalisant nos propres expériences de contrôle. Il incombera alors à la virologie de démontrer que ses méthodes ne sont pas la fraude pseudo-scientifique que nous avons découverte depuis le début. Les hypothèses et les méthodes de la virologie ont été réfutées, et c’est à eux de démontrer le contraire. Jamie et ses collègues méritent un énorme merci pour le travail et les efforts qu’ils ont déployés dans cette entreprise. Aidez-nous à les soutenir afin que nous puissions mener ce projet novateur jusqu’à sa conclusion logique et nécessaire !

Pour une excellente discussion générale dans laquelle Jamie analyse les preuves obtenues jusqu’à présent (à partir d’environ 49 minutes), consultez l’épisode 99 de The Way Forward avec Alec Zeck – « The Most Important Project of the Century: The End of Virology with Jamie Andrews + Jacob Diaz  » (Le projet le plus important du siècle : La fin de la virologie avec Jamie Andrews + Jacob Diaz) :


image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

(2 commentaires)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *