Requiem pour les libertés fondamentales en France (et dans le monde)

11/01/2022 (2022-01-11)

Par Lucien SA Oulahbib

Les libertés fondamentales sont mortes. Depuis le 5 août 2021. L’enterrement est pour bientôt en France (les modalités florales sont encore discutées au Sénat). Écoutons d’abord ce requiem, celui de Fauré (mon préféré). Des pleurs et autres sanglots (longs) se font entendre ici et là. Trop tard. Certes, quelques personnages surgis sans doute de livres d’Histoire et de contes pour enfants tentent de raviver la Flamme. En vain.

Ce sursaut veut sans doute faire « appel » en quelque sorte à « l’Armée des Morts » (comme dans Le Seigneur des Anneaux). Pourquoi pas ?  Mais au lieu de faire l’Union Sacrée, d’aller par exemple s’enchaîner aux grilles de l’Assemblée Nationale, tous, là, ceux au moins qui refusent que cette discrimination négative devienne force de loi, eh bien, non, chacun vague à ses occupations. L’un redécouvre la gastronomie française, l’autre nous parle de l’école, les uns et les autres avancent mille et une propositions, autant de farandoles si les libertés fondamentales ne sont plus sinon sur le papier ([Sujet de rédaction :] « Différence entre Existence et Être : vous avez quatre heures ! »).

Les libertés fondamentales sont inaliénables. ELLES SONT SACRÉES !!! Vous crachez sur elles en les suspendant pour des raisons de plus en plus fallacieuses, de moins en moins sanitaires. C’est un FAIT !!! Vous ne savez donc plus ce que vous réalisez en piétinant le Sacré en le jetant ainsi dans la Tombe des Peuples Morts.

« L’œil était dans la tombe et regardait Caïn ».

Comment vous croire encore ? Comment donner encore du sens à tout ce que je vois ? Ces monuments, drapeaux frontons ? Tout s’étiole, se rapetisse. Factice, tout est devenu vain, brouhaha des mots grelots. Tout se meurt. Tout EST mort (a déjà disparu depuis longtemps sans doute, telles ces étoiles dont la lumière nous parvient encore…).

Les libertés fondamentales ont disparu et d’aucuns discutent désormais sur la taille de la tombe et le nombre de pelletées.

Quelles fleurs ?…

Nombre de visites, jauge, muselière, ‘passe’ pour en visiter le mausolée (l’Assemblée).

Qui fera l’homélie ?…

Au lieu de vous battre jusqu’au bout, de LES défendre bec et ongles. OÙ EST LA VIEILLE GARDE ??? Où est Le Carré ?

La Garde meurt, mais ne se rend pas ? FADAISES !!!

J’irai cracher sur vos tombes (et plus encore) ? Même pas. L’indifférence tombe. Le silence comme glas : lame, larme, l’arme de mon âme entamée.

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires