1

Note sur les mouvements humains et la sagesse du Tao

Par Joseph Stroberg

L’Humanité
résulte de la combinaison de ses individus. La direction qu’elle
suit est la synthèse des différents mouvements individuels et
collectifs en son sain. Sans organisation et sans objectif unitaire
des mouvements, ceux-ci partent dans toutes les directions et l’on
arrive finalement au chaos (même si par ailleurs des mouvements
organisés peuvent directement et plus rapidement atteindre le chaos,
si tel est leur objectif). Des leaders ou des pilotes peuvent guider
un groupe dans une direction particulière, au besoin en fondant une
organisation concrète susceptible d’ancrer le mouvement dans la
durée. Et cette direction peut au contraire éloigner l’Humanité
d’une situation plus ou moins fortement chaotique et critique.

Les mouvements
individuels et les organisations collectives manient ou subissent
certaines énergies fondamentales lors de leurs actions. Les énergies
motrices ou stimulatrices d’un mouvement, quel que soit le domaine
dans lequel ce dernier s’exerce (politique, idéologique,
économique, artistique, philosophique, religieux, etc.), comportent
généralement les deux principes Yin et Yang du Tao, ou encore une
partie féminine et une masculine (voir aussi la Note
sur la féminité et la masculinité
). Ces deux principes peuvent
aussi se traduire au niveau occulte entre la lumière et l’obscurité
ou entre l’essentiel et le matériel, entre l’abstraction et
l’incarnation, etc.

Il peut ainsi arriver que des mouvements ou des organisations tels que le Lucis Trust (voir École Arcane et Lucis Trust : mondialement influents, mais peu connus) soient, de fait ou dans la perception publique, orientés bien davantage dans un sens que dans l’autre et par exemple servent un but en définitive matérialiste ou au contraire spirituel. Ainsi, le Lucis Trust semble faire la promotion d’un certain concept luciférien qu’il présente comme positif et universaliste, alors que dans le même temps des observateurs extérieurs y voient une influence fortement négative et mondialiste.

Même si un
mouvement est sous influence que certains qualifieraient de fortement
« luciférienne » ou « satanique », le Tao
permettra d’y reconnaître aussi malgré tout l’influence du
principe opposé et donc une influence ou au moins une présence
d’origine « divine », « céleste » ou
« transcendantale ». Le noir contient une partie de blanc
et le blanc une partie de noir. Le féminin contient une partie de
masculin, et inversement. Si l’on admet l’existence d’une
entité ou d’un principe satanique, celui-ci fait alors
intégralement partie de la Création et s’en trouve une des
conséquences qui ne doit rien au hasard. En d’autres termes, si
une organisation humaine est d’inspiration fortement
« luciférienne » dans sa conception négative, elle est
permise par le « divin » et servira ultimement son
dessein.

Le Tao nous permet
de trouver la sagesse de comprendre que tout ce qui existe en
manifestation est de nature duelle. Il comporte donc aussi bien du
Yin que du Yang, du féminin que du masculin, de la lumière que de
l’ombre… Dans les mondes de matière, l’un ne peut exister sans
l’autre. Toute source de lumière projette une ombre dès qu’elle
rencontre un obstacle matériel et la lumière ne devient visible que
grâce à la substance matérielle. Sans les particules de poussière
présentes dans l’air, les rayons de soleil n’y seraient pas
matérialisés.