Le sang des non-vaccinés est maintenant très demandé

19/12/2022 (2022-12-19)

[Source : articles.mercola.com]

Par le Dr Joseph Mercola

17 décembre 2022

RÉSUMÉ

Un nombre croissant de personnes ayant besoin de transfusions sanguines demandent du sang provenant de personnes n’ayant pas reçu de vaccin anti-COVID-19.

Le Dr Ryan Cole, pathologiste, a comparé les inconnues actuelles concernant le « sang des vaccinés » au sang contaminé par le VIH qui était utilisé pour les transfusions dans les années 1980.

Les dons dirigés et les dons autologues, ou autodons, sont des options pour recevoir du sang exempt d’ARNm, mais dans les deux cas, il faut que votre médecin soumette un formulaire d’ordre de prélèvement spécial de la Croix-Rouge.

Une campagne de don « Safe Blood » a également été mise sur pied pour mettre en relation les donneurs et les receveurs de sang qui n’ont pas été vaccinés contre le COVID-19.

On ignore si le sang donné par des personnes ayant reçu des injections à ARNm anti-COVID-19 présente un risque pour ceux qui le reçoivent. Cependant, un nombre croissant de personnes ne veulent pas prendre de risques et demandent du sang provenant de patients non vaccinés. Un cas très médiatisé concerne un bébé de 4 mois, Will Savage-Reeves, en Nouvelle-Zélande, qui doit être opéré pour un problème de valve cardiaque.

Ses parents, Samantha et Cole, ont demandé que le nourrisson ne reçoive du sang que de donneurs n’ayant pas été vaccinés contre le COVID-19. Bien que du sang de non-vacciné soit disponible, les médecins et l’hôpital ont refusé d’accéder à cette demande. L’affaire a été portée devant un tribunal néo-zélandais, qui s’est rangé du côté des médecins et a pris la tutelle de l’enfant pour procéder à l’opération en utilisant du sang de vacciné.1 2

Un hôpital refuse la demande d’une famille pour du sang de non-vacciné

L’issue du cas de bébé Will peut être un signe avant-coureur des choses à venir. L’hôpital a fait valoir que l’opération devait se dérouler avec du sang de vacciné en raison de l’importance de trouver un donneur de qualité. Un grand nombre de donneurs de sang augmente les chances de trouver un donneur de la plus haute qualité.

En outre, selon Steve Kirsch, directeur exécutif de la Vaccine Safety Research Foundation, un autre de leurs arguments est le suivant : « S’il y avait un signal de sécurité lié à l’utilisation de sang de vacciné pour les transfusions, il aurait déjà fait surface. » Ils veulent également sauver les apparences, et permettre à un patient d’utiliser du sang de non-vacciné pourrait ouvrir les vannes à d’autres personnes demandant la même chose. Kirsch a noté :3

« S’ils acceptent d’utiliser du sang de non vacciné, cela pourrait être interprété comme un aveu que le sang de vacciné n’est pas sûr et pourrait conduire tout le monde à demander du sang de non vacciné, ce qui créerait alors de graves pénuries de sang pour un bénéfice douteux. »

En outre, le Service néo-zélandais du sang (NZBS) gère les dons et les collectes de sang en Nouvelle-Zélande. Seul un médecin spécialiste peut demander un don dirigé pour que le bébé reçoive du sang de non-vacciné.

L’hôpital ne peut pas obliger le NZBS à faire ce qu’il dit, par exemple, même si les médecins étaient d’accord avec les parents, le NZBS peut toujours refuser de fournir le sang s’il pense que la demande n’est pas justifiée4.

L’hôpital a également affirmé que les injections à ARNm « restent sûres à ce jour ».5 Selon Kirsch, « le tribunal, qui n’a pas la capacité juridique et technique d’évaluer les médecins, s’est donc rangé à l’avis expert de ces derniers ».6

Les médias, quant à eux, décrivent la demande raisonnable de respecter le principe de précaution comme une théorie du complot et une désinformation imaginée par des « anti-vaxxers » marginaux. Par exemple, le New York Times a rapporté ce qui suit :7

« L’affaire et les arguments scientifiques erronés de la famille mettent en lumière les dangers persistants de la désinformation en ligne et des narratifs complotistes, selon les experts. Le conflit est “devenu une cause célèbre de la manière la plus toxique qui soit”, provoquant un pic de discours haineux sur les plateformes marginales où les théories du complot sont monnaie courante, a déclaré Sanjana Hattotuwa, chercheur au Disinformation Project, un groupe de surveillance néo-zélandais. »

Non seulement le service de santé néo-zélandais a refusé la demande de la famille, mais la Haute Cour de Nouvelle-Zélande a accordé à deux médecins l’autorité de prendre des décisions médicales concernant le bébé Will.8 Il n’était pas nécessaire d’aller aussi loin, ont déclaré les partisans, puisque le sang provenant de donneurs non vaccinés est facilement disponible.9

Dans une affaire similaire en Italie, cependant, un juge s’est également prononcé contre les parents qui demandaient que des transfusions sanguines provenant uniquement de donneurs non vaccinés soient utilisées lors de l’opération cardiaque de leur fils de 2 ans.10

Les embaumeurs découvrent des caillots inhabituels dans les veines après une injection

Richard Hirschman, embaumeur et directeur de pompes funèbres certifié par le conseil d’administration avec plus de 20 ans d’expérience, a déclaré que, depuis que les injections anti-COVID-19 ont été lancées, à partir du milieu de l’année 2021, il a trouvé des « caillots étranges » dans les corps des défunts.

« Quand je fais l’embaumement, je dois aller dans la veine. Et pour le processus d’embaumement, je dois permettre au sang d’être drainé. J’ai donc retiré cet énorme et long caillot — d’apparence fibreuse — avant l’embaumement », a déclaré Hirschman11.

Le début du caillot, qui ressemble à un ver blanc et caoutchouteux, apparaît rouge et comme un caillot normal. Mais la majeure partie du caillot est différente : elle est composée d’une matière blanche et fibreuse. « Ce n’est tout simplement pas normal », a-t-il déclaré, ajoutant :12

« En général, un caillot sanguin est lisse ; c’est du sang qui a coagulé ensemble. Mais lorsque vous le pressez, le touchez ou essayez de le ramasser, il se désagrège généralement… vous pouvez presque le presser entre vos doigts et le transformer à nouveau en sang. Mais cette substance fibreuse blanche est plutôt solide. Elle n’est pas faible du tout. Vous pouvez la manipuler, elle est très souple. Ce n’est pas dur… ce n’est pas normal. Je ne sais pas comment quelqu’un peut vivre avec quelque chose comme ça en lui. »

Il est important de noter que les embaumeurs ont signalé avoir trouvé des caillots inhabituels non seulement chez des personnes décédées qui avaient reçu des injections, mais aussi chez celles qui avaient reçu une transfusion sanguine. Ainsi, bien que nous ne sachions pas quel risque il y a à recevoir du sang d’une personne ayant reçu des injections anti-COVID-19, « le risque n’est pas nul », a déclaré Kirsch. 13

Un autre cas concerne un bébé, Alexander, qui a reçu une transfusion de sang de non-vacciné et a développé « un énorme caillot qui a fini par s’étendre de son genou gauche jusqu’à son cœur » et est décédé.14 Selon Kirsch, l’hôpital a ensuite supprimé tous les dossiers médicaux associés :15

« L’hôpital Sacred Heart, dans l’État de Washington, a effacé tous les dossiers relatifs au décès du bébé Alex, mort d’un caillot de sang après avoir reçu une transfusion d’un patient vacciné. Il n’y a donc plus aucune preuve d’un problème. Ils l’ont effacé, tout comme le CDC a effacé toutes les données liant les vaccins et l’autisme. C’est ainsi que fonctionne la science de nos jours. »

L’approvisionnement en sang est-il sûr ? Personne ne le sait

Aux États-Unis, une personne a besoin de sang toutes les deux secondes.16 En cas d’urgence médicale, une transfusion sanguine peut vous sauver la vie. Mais les patients devraient-ils avoir la possibilité de choisir de recevoir du sang qui n’a pas été exposé à l’ARNm anti-COVID-19 ?

La Croix-Rouge affirme qu’elle suit les directives de la Food and Drug Administration des États-Unis concernant l’admissibilité au don de sang, qui stipulent que « dans la plupart des cas, il n’y a pas de période d’exclusion pour les personnes qui ont reçu un vaccin anti-COVID-19 tant qu’elles ne présentent pas de symptômes et se sentent bien au moment du don »17.

« Alors que les anticorps produits par le système immunitaire stimulé en réponse à la vaccination se retrouvent dans la circulation sanguine, les composants du vaccin ne le sont pas », a déclaré Jessa Merrill, directrice des communications biomédicales de la Croix-Rouge, au Daily Beast.18 De plus, après avoir parlé au Dr Peter McCullough, cardiologue, interniste et épidémiologiste, Kirsch a rapporté :19

« Il a dit qu’il prendrait le sang d’un vacciné en raison de la nature critique du processus de compatibilité. Avec le sang de donneurs, la qualité de la compatibilité ne serait pas aussi bonne parce que le bassin dans lequel on peut puiser est plus petit et qu’il n’y a pas que le groupe sanguin qui est apparié.

Personne n’a quantifié le risque lié à l’utilisation de sang de vacciné. Il a dit que si le risque était élevé, on l’aurait déjà remarqué (je ne suis pas sûr d’être d’accord avec cela ; il y a beaucoup d’aveuglement volontaire pour tout ce qui est associé au vaccin). »

De nombreuses personnes ont contracté le SIDA grâce à des transfusions sanguines contaminées

Le Dr Ryan Cole, pathologiste, a comparé les inconnues actuelles concernant le « sang de vacciné » au sang contaminé par le VIH qui était utilisé pour les transfusions dans les années 198020.

« Nous ne savons pas. Personne ne le sait. J’ai des caillots de personnes décédées non vaccinées qui ont été transfusées et ont formé de gros caillots après la transfusion et sont mortes. Aucune banque de sang ne vérifie. On ne peut pas trouver ce que l’on ne cherche pas ». Cela ressemble aux banques de sang, aux hémophiles et au VIH dans les années 1980. Ce n’est peut-être pas un problème.

Cependant, cela peut l’être. Il existe des tests académiques pour vérifier la présence de la protéine spike en circulation. C’est une négligence criminelle de ne pas assurer la sécurité de l’approvisionnement en sang sur la base de déclarations bureaucratiques sans explorations scientifiques. »

De même, en janvier 1983, après que les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis aient révélé des preuves suggérant fortement que le sang et les produits sanguins transmettaient le SIDA et que la maladie était sexuellement transmissible, ils ont recommandé aux banques de sang d’interroger directement les donneurs sur leur comportement sexuel et de soumettre les dons de sang à une série de tests de dépistage21.

La communauté des banques de sang a publié une déclaration peu après, affirmant que « les questions directes ou indirectes sur les préférences sexuelles d’un donneur sont inappropriées » et ne recommandant aucun test de dépistage en laboratoire.22 Comme le note Encyclopedia.com :23

« En fait, dans les premières années de la maladie, beaucoup de personnes qui ont contracté le SIDA ont été infectées par des transfusions sanguines. Comme il a fallu plus de cinq ans pour mettre au point un test permettant de détecter le SIDA dans le sang avant qu’il ne soit utilisé pour une transfusion, de nombreuses personnes ont contracté la maladie dans les hôpitaux.

L’épidémie de SIDA a continué à se développer en Afrique et en Asie dans les années 1990 et même au début du XXIe siècle, car de nombreux pays ont tardé à adopter les tests sanguins. »

Dans les années 1980, les craintes croissantes concernant les transfusions contaminées ont conduit de nombreuses personnes à déclarer qu’elles refuseraient totalement les dons de sang. Un homme, dont la femme est morte du SIDA contracté par une transfusion contaminée, a déclaré à l’AP en 1985 : « Vous voulez jouer à la roulette russe ? Même s’il s’agissait d’une urgence — et j’avais mon mot à dire en la matière — je ne prendrais pas de sang du pool »24.

Aujourd’hui, des décennies plus tard, les médecins entendent des préoccupations similaires de la part des patients concernant le sang vacciné. Le Dr Davinder Sidhu, chef de la division de médecine transfusionnelle et de transplantation du sud de l’Alberta, au Canada, a déclaré à CTV News qu’il recevait des demandes de sang de donneurs non vaccinés « au moins une ou deux fois par mois au cours des derniers mois »25.

Avez-vous le droit de recevoir du sang de « non vacciné » ?

À l’heure actuelle, les centres de don du sang peuvent demander à leurs donneurs s’ils ont reçu des vaccins26, mais il n’est pas garanti que cette information soit transmise aux consommateurs. La Croix-Rouge déclare également : « Si vous avez reçu un vaccin anti-COVID-19, vous devrez fournir le nom du fabricant lorsque vous viendrez faire un don »27.

Pourtant, il est peu probable que la plupart des hôpitaux divulguent volontiers cette information lorsqu’il s’agit de recevoir une transfusion sanguine. Quelles sont donc vos options si vous cherchez du sang provenant d’un donneur qui n’a pas reçu d’injection anti-COVID-19 ? Les dons dirigés, dans lesquels un donneur donne son sang pour un receveur spécifique, sont une option, mais ils ne sont généralement utilisés que dans les cas où le sang compatible n’est pas disponible en raison de groupes sanguins extrêmement rares28.

Le don autologue, ou don de soi, est une autre option, qui consiste à donner du sang pour son propre usage, par exemple avant une intervention médicale comme une opération. Dans les deux cas, vous devez demander à votre médecin de soumettre un formulaire d’ordre de prélèvement spécial de la Croix-Rouge pour effectuer un don de sang autologue ou dirigé.29

Une campagne de don « Safe Blood » a également été mise sur pied pour mettre en relation les donneurs et les receveurs de sang qui n’ont pas été vaccinés contre le COVID-19. Pour l’instant, ils servent de ressource pour mettre en relation les donneurs et les personnes ayant besoin de sang, mais l’espoir est qu’une banque de sang sans ARNm soit créée30.

« Aucune banque de sang ne propose encore de sang sans ARNm, pas même chez nous. Et, bien que nous ayons déjà demandé à des centaines de cliniques, pour le moment — du moins en Europe — toutes refusent encore d’autoriser le droit humain du libre choix du sang chez elles — ou du moins ne veulent pas être mentionnées, car sinon elles craignent des représailles. Cependant, nous vous promettons que nous n’abandonnerons pas jusqu’à ce que nous puissions offrir un réseau mondial de telles cliniques. »

Quant au bébé Will, dont les espoirs des parents d’une transfusion sanguine sans ARNm ont été déçus, Kirsch a déclaré :31

« Qu’est-il arrivé au principe de précaution en médecine ? À mon avis, il ne s’agit pas d’un principe de précaution. Nous ne pouvons pas savoir aujourd’hui si l’approvisionnement en sang est sûr parce que personne ne veut même pas poser la question et faire les expériences nécessaires pour y répondre. Pour cette raison, la demande des parents de Baby Will d’utiliser du sang de non vacciné doit être respectée. »

Sources et références

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires