La fin de la virologie : la 3e phase des expériences témoins du SARS-CoV-2

[Source : cv19.fr]

Dr. Stefan Lanka sur la 3ème phase des expériences témoins du SARS-CoV-2.

Au cours de la première phase, le Dr Lanka a montré que ce que les virologues attribuent à la présence d’un virus pathogène – la mort des cellules en éprouvette – peut être obtenu sans l’utilisation d’un quelconque matériel infectieux, car la technique qu’ils utilisent tue les cellules d’elle-même. Une vidéo très détaillée et simple qui explique la première phase des expériences de contrôle peut être trouvée ici (VF disponible et vidéo sur le même sujet en VOSTFR)
Dans la deuxième phase, le Dr Lanka a montré que ce que les virologues appellent un “matériel génétique viral” peut provenir d’un tissu humain sain.
Vous trouverez plus de détails sur la 2e phase ici.

[Voir aussi :
Stefan Lanka conduit les expériences témoins réfutant la virologie
La vérité sur la rage, le virus de la mosaïque du tabac, le graphène et les résultats de la 2e phase des expériences témoins
Dr. Andrew Kaufman – La théorie virale mise à mal
et au besoin tous les liens inclus dans les articles ci-dessus et ceux proposés dans le dossier Vaccins et virus
ou sur le site Recherches Covid-19.
En anglais, voir aussi les vidéos du Dr Kaufman.]

Dans la troisième phase, il montrera qu’en appliquant la même technique que celle utilisée par les virologues, en utilisant les acides nucléiques qui ne proviennent pas de matériel supposé infectieux mais de tissus humains, d’animaux et de plantes sains, vous pouvez construire le génome de n’importe quel « virus ».

Vidéo originale (en anglais) : https://odysee.com/@katie.su:7/Stefan-phase-3-english:3

Transcription :

Stefan, tu as déjà terminé avec succès deux phases des expériences témoins pour le SARS-CoV-2. Au cours de ces deux phases, tu as prouvé scientifiquement qu’aucun virologue n’a jamais isolé le virus du SRAS-CoV-2 et séquencé son génome. Et tu as également prouvé que cela n’a jamais été fait dans toute l’histoire de la virologie avec aucun virus. Peux-tu nous dire ce que tu fais maintenant dans cette troisième phase ?

Merci beaucoup pour cette question.
Dans la troisième phase, nous faisons exactement la même chose que les virologues, mais nous utilisons du matériel génétique, non seulement des humains sains, mais aussi des animaux, des plantes. Et nous allons utiliser des acides nucléiques synthétiques, qui contiennent des séquences non spécifiques juste pour montrer que la façon dont les virologues amplifient l’acide nucléique à partir d’un écouvillon nasal, par exemple, que cette technique en elle-même produit de nouvelles séquences, qui n’existaient pas auparavant.

Et sur cette base, ils construisent quelque chose qu’ils ne trouvent pas dans la réalité. Et qu’avec ces séquences que nous créons, nous sommes alors capables de créer tous les génomes viraux que nous voulons.

Cela va donc montrer que les virologues se sont trompés et ont trompé le public. Parce qu’ils n’ont jamais effectué d’expériences témoins, ils ne les ont jamais, jamais documentées.

Et c’est très facile et c’est encore plus important que ce que nous faisons, que nous essayons maintenant de faire publier dans un journal scientifique. Et s’il n’est pas possible de le publier dans une revue scientifique, nous allons le publier dans notre propre revue et nous la publierons librement sur Internet.

Ce qui est probablement beaucoup plus puissant parce que tout le monde peut y avoir accès et pas seulement dans un journal scientifique.

Mais une partie de l’expérience témoin est l’analyse très spécifique, ce que font les virologues lorsqu’ils ont créé le génome du SRAS-CoV-2. Et cela a été fait, et c’est beaucoup plus important que nos propres expériences témoins, parce que les analyses de ce que font les virologues se réfutent d’elles-mêmes.

Cela montre, en les citant, exactement ce qu’ils font étape par étape, que dans ce qu’ils prélèvent d’un être humain, ils ne trouvent pas d’acide nucléique qui va correspondre au modèle du virus.

Alors ils font deux séries de PCR très peu spécifiques.

Et après le premier tour, ils n’ont que 10% de ce dont ils avaient besoin pour construire le génome, et ils l’écrivent. Ils écrivent, oh, on ne trouve aucune séquence, on amplifie, très peu spécifique, alors on a 10%.

Et ce qu’ils font alors, c’est une seconde phase d’amplification par PCR, ce qui est techniquement appelé un séquençage métagénomique profond. Ils utilisent des morceaux synthétiques d’acide nucléique appelés amorces et ces amorces ont été utilisées pour le deuxième cycle, ce qui leur donne assez de matériel pour construire le génome.

Mais à la fin, ce qu’ils n’ont jamais vérifié, leurs propres amorces, définies pour être spécifiques, ne correspondent pas à leur résultat, ce qu’ils ont présenté à eux-mêmes et au public comme le génome viral.

Et ce n’est qu’une seule contradiction absolument stupéfiante de ce qu’ils font et qu’ils se réfutent eux-mêmes. Outre le fait qu’ils se révèlent eux-mêmes être complètement anti-scientifiques. Et cette partie de notre expérience témoin est publiée séparément par un mathématicien.

Et c’est la plus importante des expériences de contrôle pratiques parce que c’est la réfutation de la virologie sur la base même de ce qu’ils ont publié eux-mêmes.

Donc personne ne peut dire « regardez, vous avez un peu manipulé », ou que ça n’a pas été fait scientifiquement, dans nos labos, bla, bla. Et ils peuvent débattre du travail que nous faisons et de l’expérience témoin. Mais ils ne peuvent pas débattre de ce qu’ils font par eux-mêmes.

Nous avons juste éclairé et c’est le point le plus important de l’expérience témoin. Et ça, nous allons le publier très bientôt. Si ce n’est pas dans un journal scientifique, alors nous le mettrons en ligne, dans notre magazine et vous allez être les premiers à l’avoir et à le diffuser.

Et c’est la fin de la virologie bien sûr, parce que cela prouve qu’ils sont complètement anti-scientifiques, qu’ils n’ont jamais, jamais fait d’expériences témoins. Cela signifie qu’il n’y a pas de science, il y a un comportement anti-scientifique. Ce qui signifie que la loi sur les maladies infectieuses est violée, elle est invalide.

Parce que cela demande une base scientifique pour tout ce qui est fait et cette base scientifique n’est pas donnée. Cela signifie que la loi sur les mesures Covid n’est plus valable, et cela signifie que toutes les mesures Covid sont illégales. C’est le résultat direct de ces expériences témoins.

La phase trois, la troisième phase pratique, et bien sûr, les analyses de ce qu’ils font en détail. C’est le sens de la phase 3.

Et c’est tellement puissant, je veux dire, la réfutation de la virologie par la virologie à elle seule. Un argument plus fort, une argumentation plus claire, ce n’est pas possible. Oui, c’est sûr, et je veux te remercier du plus profond de mon cœur pour ce que tu fais et ton travail est très important en ce moment pour toute l’humanité et le fait que tu expliques ces choses compliquées d’une manière simple à tout le monde, pour qu’ils puissent naviguer eux-mêmes dans la science et lire les articles, cela n’a pas de prix car c’est à ce moment-là que tout commence à changer.

Quand les gens se sentiront en confiance pour lire ce qu’ils font réellement, la science qui leur dicte comment ils doivent vivre.

Donc cela se terminera quand cela arrivera.

Oui, les gens ont pris conscience qu’il n’y a pas d’empereur, ce n’est pas un habit neuf, non, il n’y a pas d’empereur.

C’est la nouveauté et c’est le sens des résultats que nous avons obtenus et de ce que nous faisons.

Oui, merci beaucoup Stefan.

Sous-titres FR : https://cv19.fr

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires