Enthoven, SOS Racisme… Ou l’enfer des bonnes intentions…

Par Lucien SA Oulahbib

Le fait qu’un Raphaël Enthoven ait pu être invité par Marion Maréchal, il y a quelques années, pour dire son mot sur la situation politique des droites (et il était invité aussi à de nombreuses reprises sur Z&N) en dit long sur le degré de fragilité intellectuelle de cette « famille » politique qui est toujours à la recherche de reconnaissance à gauche. Comme si, peut-être, le manque d’intellectuels de renom depuis la disparition de Raymond Aron et de Jean-François Revel, et, surtout, l’hégémonisme du néo-léninisme dans les universités et les grandes écoles signifiaient en creux que cette famille dite de « droite » se sent toujours orpheline d’adoubement et aussi de « guide » (jusqu’à en chercher du côté d’Onfray, c’est dire). Elle se sent donc obligée d’aller quémander les « analyses » d’un garçon coiffeur (spécialiste en es mèches idéologiques) pour être estampillée de moraline autorisée (qu’un Ménard fabrique désormais à haute dose de son côté).

Le récent incident qui a opposé cette secte de puristes provocateurs à Ivan Rioufolparce que celui-ci soulignait que l’hygiénisme — y compris racialiste — a toujours eu des arguments sanitaires pour s’autojustifier (en l’occurrence le ghetto de Varsovie, comme l’indiquent certains chercheurs… israéliens), est bien le symbole de cet état de fait qui voit au fond un camp dit du « Bien » se repaître d’un antifascisme tranquille persuadé qu’il suffit d’avancer les termes « extrême droite, nauséabonde » comme analyse nécessaire et suffisante pour tout emporter, surtout un second tour aux Présidentielles.

Et même si la caractérisation antipasse=antivax=antisémites=suprématistes s’est amoindrie (pas au Canada en tout cas), il n’en reste pas moins. Et alors que cette campagne hygiéniste s’apparente de plus en plus à un fiasco affairiste (le ministre de la Santé en étant réduit à faire des rabais avec son trois en 1 de bateleur multitaches), un Enthoven continue de la jouer gros savant épidémiologiste tout en continuant de mépriser un Raoult qui a bien raison de ne pas discuter avec lui. Ils ne jouent pas dans la même catégorie. Autant proposer à Tyson de rencontrer un poids plume (en badminton) quand bien même se prétendrait-il champion du monde (et au royaume des aveugles…).

Décidément, le fait que des officines imposent des quasi-OGM pour une maladie aux effets infimes s’ils sont pris à temps pour les plus fragiles (et de ce fait ceux qui ont diabolisé les traitements précoces devront également juridiquement rendre des comptes) passe toujours comme une lettre à la poste.

Mais, en réalité, n’assistons-nous pas à la montée en puissance d’un discrédit généralisé, d’une dévalorisation des institutions et de diverses autorités jusqu’à ces instances allant remettre en cause vitamine D et huiles essentielles dans une fuite en avant perpétuelle ? Une société de défiance s’est installée, depuis des lustres certes (d’où le taux abstentionniste) et la situation actuelle qui charrie ses anathèmes du jour n’est décidément pas là pour en temporiser les rythmes dissolvants, bien au contraire…

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires