Maddie de Garay, 12 ans, en fauteuil roulant à cause du vaccin Pfizer

Maddie de Garay, 12 ans, en fauteuil roulant à cause du vaccin Pfizer

01/07/2021 (2021-07-01)

[Source : lemediaen442.fr]

On dit souvent que ça n’arrive qu’aux autres jusqu’au moment où cela nous arrive. C’est ce qui s’est passé pour Stéphanie de Garay, la mère de Maddie. Le sénateur Ron Johnson a recueilli le lundi 28 juin dans le Milwaukee, les témoignages de vaccinés qui subissent de graves effets secondaires. Celui de Maddie est particulièrement émouvant, à douze ans elle se retrouve dans un fauteuil roulant et sa maman est totalement désemparée « Pourquoi n’est-elle pas revenue à la normale ? Elle allait parfaitement bien avant cela… », a déclaré Stéphanie de Garay.

En larmes, la mère de Maddie a déclaré que sa fille était allée aux urgences neuf fois et qu’elle avait été hospitalisée trois fois. « Tout ce que nous voulons, c’est que Maddie soit vue, entendue et crue, parce qu’elle ne l’a pas été. Et nous voulons qu’elle reçoive les soins dont elle a désespérément besoin, afin qu’elle puisse revenir à la normale. »

Maddie de Garay était ravie de faire partie de l’essai du vaccin Covid. Ses parents sont en médecine et en ingénierie et voulaient que leurs enfants aident à mettre fin à la pandémie. Mais maintenant, Maddie est en fauteuil roulant et a besoin d’une sonde d’alimentation. Ils veulent qu’on la croie.

D’autres témoignages ont également été entendus par le sénateur Johnson — républicain — pour faire part de leurs histoires après avoir reçu un vaccin Covid-19. Comme Kristi Dobbs, une hygiéniste dentaire du Missouri : «C’est comme si vous aviez un petit choc électronique qui parcourait votre corps, comme si vous étiez coincé dans une chaise vibrante, comme collé dedans, et ça ne s’arrête jamais. J’ai des tremblements dans les mains qui m’ont fait douter de pouvoir à nouveau exercer mon métier d’hygiéniste. Et je crains tellement d’avoir un problème neurologique après cela, comme la maladie de Parkinson. »

Brianne Dressen,  une enseignante du préscolaire de l’Utah, qui s’est portée volontaire pour l’essai du vaccin AstraZeneca : « Nous sommes les dommages collatéraux de la pandémie. Comme vous pouvez le voir, je me rétablis. Je peux marcher, le contact de la main de mon petit fils ne me donne plus l’impression de brûlure. »

L’ancien joueur des Green Bay Packers, Ken Ruetggers, a déclaré que sa femme Sheryl Ruetggers souffrait toujours de réactions neurologiques graves, notamment des douleurs musculaires, des engourdissements, de la faiblesse et des paresthésies.

En tenant cette séance de témoignages, le sénateur Ron Johnson a été vivement critiqué par le commissaire à la santé de Milwaukee, Kirsten Johnson, qui l’a accusé d’utiliser sa plateforme pour soulever des inquiétudes trompeuses concernant le vaccin Covid-19. Ce à quoi le sénateur Johnson répond : 

« Je n’ai jamais peur de transmettre la vérité, de fournir des informations aux gens. Je pense que le public américain devrait pouvoir avoir un consentement éclairé lorsqu’il décide de prendre ou non un vaccin expérimental, d’une manière ou d’une autre. Je pense qu’il est important de reconnaître qu’il y a des personnes qui ont été atteintes par le vaccin. Et si nous ne reconnaissons pas ce fait, comment traitez-vous les gens dont vous ne reconnaissez pas la cause première de leur problème ? »

Vous pouvez voir les témoignages et activer la traduction automatique sur Youtube :

– Source : Senator Johnson, families speak: COVID vaccine adverse reactions (28 juin 2021)
– Traduction Le Média en 4-4-2

S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent
Inline Feedbacks
View all comments