Carlson fustige Justin Trudeau sur les ondes de Fox News : « Il n’y a pas de despote plus effrayant que le premier ministre du Canada »

[Source : guyboulianne.info]

Par Guy Boulianne

Lundi le 1er février, Tucker Carlson a accusé les médias canadiens d’être le porte-parole de Justin Trudeau et a déclaré qu’ils avaient « troué certaines lignes d’attaque empruntées à CNN et NBC News » pour salir les camionneurs qui protestaient contre les mandats de vaccination du Premier ministre. Dans cet épisode de “Tucker Carlson Tonight”, l’animateur de Fox News a reproché à Trudeau de ne pas avoir rencontré les camionneurs. « Donc, je rencontrerai les gens lors d’un rassemblement tant que je suis d’accord avec leurs objectifs, tant qu’ils sont d’accord avec moi, c’est tout à fait bien, comme Black Lives Matter », a déclaré Tucker, imitant le premier ministre. « Vous avez l’impression que même quelqu’un d’aussi faible que Justin Trudeau se rend compte que ce n’est pas un argument gagnant. Il avait besoin de ses amis dans les médias d’État pour l’aider. »

272853682_10226715692061324_60

Carlson a ajouté : « Ils ont donc tracé des lignes d’attaque contre les camionneurs – des lignes qu’ils ont empruntées directement à CNN et NBC News ici aux États-Unis.  (…) Alors, voici le radiodiffuseur d’État canadien qui invente une affirmation, à partir de rien, selon laquelle Vladimir Poutine lui-même pourrait être responsable de ce convoi de camionneurs. » Il a ensuite diffusé un clip de CBC de l’animateur Nil Koksal disant que les acteurs russes craignaient « de continuer à alimenter les choses, alors que cette protestation grandit, peut-être même qu’ils en sont les instigateurs dès le départ », étant donné le soutien du Canada à l’Ukraine.

Carlson a également qualifié Trudeau de « tyran », affirmant que le Premier ministre canadien « a utilisé le COVID pour court-circuiter la démocratie et mettre fin au christianisme organisé » au Canada, alors que les camionneurs du « Convoi de la liberté » (Freedom Convoy) continuent de protester.

« Il n’y a pas de despote plus effrayant au monde que Justin Trudeau du Canada », a déclaré Carlson. « En l’espace de quelques années seulement, Trudeau a transformé une nation longtemps célèbre pour Molson, ses chiens de traîneau et sa gentillesse en un État de surveillance punitive implacable. »

Vous pouvez regarder le commentaire de Tucker Carlson et lire sa transcription en français. Cet épisode de l’émission « Tucker Carlson Tonight » fut diffusée le 1er février 2022 sur les ondes de Fox News.



Tucker: Trudeau a utilisé la COVID-19 pour court-circuiter la démocratie au Canada

Avez-vous déjà remarqué à quel point presque tous les dirigeants de presque tous les pays du monde occidental, en particulier du monde occidental anglophone, semblent un peu pareils ? Ils sont ce que nous appelons néolibéraux. Ils sont tous faibles et craintifs, si vous y réfléchissez. Et pourtant, si vous les écoutiez parler, vous penseriez qu’ils sont omnipotents : « Nous allons inverser le changement climatique mondial. Nous allons vacciner le monde. Nous allons mettre fin à tous les préjugés humains et les remplacer par l’équité. Nous allons propager la démocratie aux nations sans instruction avec des armes à feu, et ils vont nous aimer pour cela. Nous pouvons faire toutes ces choses parce que nous sommes tout-puissants. Nous sommes comme des dieux. Tu n’auras pas de dieux devant nous. »

Maintenant, ce sont surtout des gens chétifs. Mais quand ils parlent, ils sonnent comme César debout dans des robes violettes sur le forum, commandant le monde connu. Joe Biden sonne très souvent comme ça, tout comme cette petite femme grinçante aux dents bizarres qui dirige la Nouvelle-Zélande. Ils sonnent tous comme ça. Ils sont incroyablement grandioses. C’est par conception. Ils préfèrent parler de racheter l’humanité plutôt que de réparer l’école de votre enfant ou de remplacer le panneau d’arrêt à la fin de votre bloc.

Alors vous devez vous demander, pourquoi parlent-ils de cette façon ? Et la réponse, bien sûr, c’est parce qu’ils sont terrifiés. Ils prétendent être puissants parce qu’ils savent qu’ils ne le sont pas. C’est du bluff. C’est une pose calculée.

DERNIÈRE NOUVELLE : L’avocat du « Convoi de la liberté », Keith Wilson, prévient que le chef de la police d’Ottawa a annoncé un assaut sur les manifestants. Il a annoncé des mesures très spécifiques — que nous voyons uniquement dans les régimes oppressifs à travers le monde — qui seront mises en place. Il a effectivement annoncé qu’il va annuler la Charte des droits constitutionnels et interdire les assemblées pacifiques et la liberté d’expression.

En fait, ils savent exactement à quel point ils sont faibles. Ils comprennent le peu de soutien populaire qu’ils ont en réalité et ils peuvent sentir leur emprise s’effondrer. Et si vous vous demandez si c’est vrai, remarquez comment ils réagissent de manière excessive au moindre défi à leur pouvoir. Vous vous souvenez il y a un an, lorsque le QAnon Shaman a traversé le Congrès lors de son voyage à la mescaline, riant et répandant de bonnes vibrations ? C’était assez amusant. Mais les démocrates de Washington en ont été paniqués, tellement paniqués qu’ils ont appelé l’armée américaine et envoyé ce pauvre type en prison. C’est bizarre comme ils deviennent susceptibles quand vous suggérez qu’ils ont volé l’élection présidentielle, je me demande pourquoi ?

Mais ce n’est pas le comportement des dirigeants sûrs. C’est ainsi qu’agissent les despotes lorsqu’ils craignent d’être renversés. Et il n’y a pas de despote plus effrayant au monde que Justin Trudeau du Canada. En l’espace de quelques années seulement, Trudeau a transformé une nation longtemps connue pour ses Molson et ses chiens de traîneau dans la gentillesse en un État de surveillance punitive implacable. Les gens ont longtemps chuchoté, avec le plus grand sérieux, que Justin Trudeau est le fils biologique de Fidel Castro. Vous pourriez en rire, mais maintenant cela devient assez facile à croire. Trudeau a utilisé systématiquement la COVID pour court-circuiter la démocratie au Canada et y mettre fin au christianisme organisé.

Les Canadiens ne peuvent plus voyager librement dans leur propre pays. Ils ne peuvent plus retourner dans leur pays à certains endroits. Des pasteurs ont été emprisonnés pour avoir organisé des offices religieux. Les personnes non vaccinées peuvent être envoyées en prison pour avoir acheté certains produits dans les magasins. Dans la ville de Gatineau, les membres d’une famille ont été arrêtés pour avoir célébré le réveillon du Nouvel An dans leur propre maison. Toutes les grandes institutions au Canada prétendent que tout cela est parfaitement normal, qu’il en a toujours été ainsi. Les médias canadiens, qui sont largement contrôlés par le gouvernement, soutiennent ces politiques et Trudeau sans réserve. En Nouvelle-Écosse, les manifestations contre les mandats de vaccination de Justin Trudeau sont désormais interdites par la loi.

Rarement une nation a changé aussi rapidement ou plus clairement pour le pire. Et la semaine dernière, des milliers de camionneurs canadiens ont atteint leur limite. Un convoi de camionneurs a convergé vers la capitale Ottawa pour exiger, pacifiquement, joyeusement mais avec persistance, la fin de la tyrannie de Justin Trudeau. La réponse de Justin Trudeau à cette démonstration de démocratie ? Il a fui la ville. Trudeau a évacué sa résidence officielle et s’est caché dans un endroit tenu secret. Il est encore recroquevillé ce soir. Reviendra-t-il ? A-t-il abdiqué ? Le Canada sera-t-il gouverné par une junte de camionneurs ? Eh bien, pas à ce stade. Il est sorti par vidéoconférence de son antre pour déclarer que les citoyens canadiens qui ne sont pas d’accord avec lui attaquent en fait la démocratie.

TRUDEAU : « Il y a un droit de manifester, il y a un droit de faire entendre sa voix, haut et fort. Il n’y a pas le droit de fermer notre démocratie ou nos processus démocratiques, il n’y a pas le droit d’abuser, d’intimider et de harceler vos concitoyens. »

Donc, exprimer vos opinions est une attaque contre la démocratie ? Et au fait, comment osez-vous exprimer vos opinions comme si vous étiez des gens libres. C’est la tyrannie. La démocratie, c’est quand vous obéissez comme des serfs. Trudeau vient de le dire efficacement. Et puis parce qu’il n’a aucune conscience de soi, Trudeau a annoncé qu’il avait contracté le COVID, ce qui est parfait. En d’autres termes, prenez cette injection ou bien, comme vous pouvez le constater d’après le fait que je suis maintenant malade, cela fonctionne parfaitement.

Si le Canada était dans un pays, ce serait une remarquable comédie noire. Alors vous vous posez peut-être des questions sur ces hordes de Wisigoths qui sont descendus à Ottawa, ceux qui ont chassé Justin Trudeau de la ville. À quoi ressemblent-ils?

Liberté, amour, démonstrations patriotiques agitant des drapeaux canadiens. Terrifiant. Mais si vous regardez attentivement ces images, vous pouvez voir le vrai problème. C’étaient des gens de la classe ouvrière. Ce sont eux qui livrent vos boîtes Amazon. Et Justin Trudeau est repoussé par eux. Ces gens ont fait un pas en dehors de leurs voies. Laisse juste le paquet sur le porche et fous le camp d’ici. Mais ils ne sont pas sortis de là. Ils sont toujours à Ottawa, et Justin Trudeau ne les rencontrera pas parce qu’il ne rencontre jamais des gens comme ça, pas simplement parce qu’ils sont cols bleus et sales, bien qu’ils le soient évidemment, mais parce qu’ils ne sont pas d’accord avec lui. Comme le rappelle Justin Trudeau, c’est ça la démocratie. La démocratie sermonne les gens qui hochent beaucoup la tête en réponse. Regardez-le expliquer.

TRUDEAU : « J’ai assisté à des manifestations et à des rassemblements dans le passé lorsque j’étais d’accord avec les objectifs, lorsque j’ai soutenu les personnes exprimant leurs préoccupations et leurs problèmes, Black Lives Matter en est un excellent exemple. »

Donc, je vais rencontrer les gens lors d’un rassemblement tant que je suis d’accord avec leurs objectifs, tant qu’ils sont d’accord avec moi, c’est très bien, comme Black Lives Matter. Vous avez l’impression que même quelqu’un d’aussi faible que Justin Trudeau se rend compte que ce n’est pas un argument gagnant. Il avait besoin que ses amis des médias d’État l’aident. Ils ont donc lancé des lignes d’attaque contre les lignes de camionneurs qu’ils ont empruntées directement à CNN et NBC News ici aux États-Unis. Voici donc le radiodiffuseur d’État du Canada qui invente une affirmation, à partir de rien, selon laquelle Vladimir Poutine lui-même pourrait être responsable de ce convoi de camionneurs.

CBC NEWS : « Vous savez, étant donné le soutien du Canada à l’Ukraine dans cette crise actuelle avec la Russie, je ne sais pas si c’est tiré par les cheveux de demander, mais on craint que des acteurs russes continuent d’alimenter les choses alors que cette protestation grandit, peut-être même qu’ils en sont les instigateurs dès le départ. »

Russie. Vous devez aimer le Canada. Mais soyons honnêtes, ils volent toujours nos idées et en produisent une copie un peu bâclée. Nous avons Wal-Mart, ils ont Canadian Tire, pour ne pas être méchants. La Russie, bien sûr, Poutine l’a fait. Il n’y a aucune preuve de cela. Aucune source. Ils viennent de lire le Twitter américain. Et le présentateur des médias d’État est profondément inquiet. Qui achète ça ? Personne ne va acheter ça, c’est tellement prima fascia absurde, alors ils ont continué. Voici Justin Trudeau de son bunker offrant une autre raison de se méfier de la chasse à la tête de la nouvelle nation du Truckistan, anciennement connue sous le nom de Canada.

TRUDEAU : « Nous ne céderons pas à ceux qui arborent des drapeaux racistes. Nous ne céderons pas devant ceux qui se livrent au vandalisme ou qui déshonorent la mémoire de nos anciens combattants. »

Déshonorer la mémoire, trop de drapeaux canadiens. Il y a comme trois mauvaises personnes dans la foule, alors ignorez-les toutes, mesdames et messieurs. Heureusement, en revanche, personne dans aucun rassemblement BLM n’a jamais incendié un palais de justice ou abattu qui que ce soit ou incendié un bâtiment. Mais ces camionneurs, apparemment, il y avait un drapeau raciste. Alors ne faites pas attention. Aux États-Unis, nous ne tomberions probablement pas dans le piège à cette date tardive. Nous sommes un peu blasés à ce stade parce que nous l’avons vu tellement de fois. Oh, ils avaient un drapeau confédéré, peu importe, nous pouvons ignorer leurs préoccupations. L’élection s’est très bien passée.

Donc, encore une fois, nous l’avons déjà vu. Mais au Canada, ils ne l’ont probablement pas vu, ils ont quelques années de retard sur nous. Et donc, vous savez, ils sont en quelque sorte impressionnés par cela. Des affirmations comme celle-ci se sont produites ici il y a quelques mois, comme vous vous en souvenez peut-être, lorsque des agents démocrates ont transporté des torches tiki pour salir Glenn Youngkin en tant que suprémaciste blanc. Encore une fois, Trudeau avait des raisons de penser que les Canadiens n’avaient pas vu cela, et il pourrait peut-être s’en tirer comme ça. Trudeau affine cette argumentation depuis des mois maintenant. En septembre dernier, vous vous souviendrez peut-être qu’il a accusé les personnes qui s’opposaient à la vaccination obligatoire, se faisant vacciner parce que le gouvernement l’exigeait, d’être racistes.

TRUDEAU : « Mais aussi, il y a des gens qui s’opposent farouchement à la vaccination. Qui ne croit pas à la science. Qui sont souvent misogynes, souvent racistes aussi. »

Pauvres Canadiens. Ce sont de bonnes personnes. Ils n’ont pas beaucoup de sources d’information. Ils ont été exposés sans arrêt pendant deux ans à ce genre de propagande. Si vous ne croyez pas à l’injection obligatoire d’un médicament expérimental, vous êtes raciste. Apparemment, certains y croient, au moins un contre-manifestant ce week-end y a cru.

REBEL NEWS : « Qu’est-ce qu’il a dit, désolé ? »

MANIFESTANT : « Donc, il est écrit : “F*** votre agenda nationaliste blanc”. »

DEUXIÈME MANIFESTANT : « Je ne suis pas blanc ; cela n’a rien à voir avec le blanc. Cela n’a rien à voir avec les camionneurs. C’est une question de liberté pour tous les Canadiens. Vous ne pouvez pas être marron, noir, blanc, quelle que soit la couleur que vous voulez être. C’est une question de liberté. Trudeau n’a pas le droit de nous mettre dans cette condition ni même de vouloir que le pays aille à l’école. C’est une chose terrible à faire. »

Oh, Dieu merci pour Rebel News. Vous pensez que Fox est une anomalie aux États-Unis, que diriez-vous d’être Rebel News ? Littéralement les seules personnes dans tout le Canada qui jouent franc-jeu. Alors les voilà, essayant de vous dire qu’un gars du sous-continent est un nationaliste w=blanc. Ils essaient, ils essaient dur. Et maintenant ils ont des preuves, elles vous sont présentées par CNN, naturellement, en collaboration avec la CBC. Apparemment, préparez-vous, il y avait un signe Trump dans la foule des camionneurs.

CNN : « Compte tenu du risque potentiel, Jim, Justin Trudeau et sa famille, il a trois enfants, vivent à environ un mile de la Colline du Parlement. Ils ont maintenant été déplacés quelque part. Nous ne savons pas où, c’est un endroit non divulgué par prudence. Je dirai également que l’ancien président Trump soutient certainement ce groupe. J’ai été là-bas. J’ai vu des pancartes de partisans de Trump là-bas. Et cela conduit à une question plus large, Jim. Ils sont toujours au centre-ville. La police vient de publier une déclaration disant, écoutez, nous avons besoin que les camions partent, nous avons besoin que les gens partent, cette ville doit recommencer à fonctionner, et le problème est de savoir comment partir. Les personnes qui ont organisé cela disent qu’elles resteront là-bas des mois si nécessaire. »

JIM ACOSTA CNN : « D’accord. Et nous savons que vous resterez au top. Situation alarmante là-bas à Ottawa. … Merci beaucoup. »

Maintenant, nous ne savons pas qui est cette femme, mais elle devrait avoir complètement honte d’elle-même. C’est une journaliste, et pourtant elle vient de vous dire que le parti au pouvoir au Canada veut que les gens qui protestent contre ses politiques partent. Et puis elle hoche gravement la tête qu’ils doivent partir. Les choses doivent revenir à la normale. Ils doivent diriger la ville en faisant toutes les choses importantes que les Canadiens font à Ottawa. CNN se range ouvertement du côté du gouvernement Trudeau, car on ne peut pas contester le pouvoir. Je veux dire, c’est ce que nous faisons dans les médias, c’est pour vous rappeler : obéissez, acceptez votre sort, les riches ont parlé, faites la queue. Et nous avons un drapeau Trump pour le prouver.

Mais ça empire. Il y avait plus de drapeaux racistes ce week-end. L’un d’eux importait ostensiblement de ce pays. Nous en avons maintenant la preuve définitive. Nous apprenons des médias canadiens qu’il y avait un raciste dans la foule.

TWITTER VIDEO (à un homme tenant un drapeau confédéré) : « Mais maintenant il s’en va, maintenant il est parti. Nous l’avons appelé. Il sait qu’il va se tenir la tête de honte maintenant. »

Oh, c’est tellement génial. Vous remarquerez sur la photo qu’il n’y a qu’une seule personne qui a le visage complètement couvert. Et il se trouve qu’il porte un drapeau confédéré. Maintenant, la foule le regarde et dit, oh, attendez une seconde, nous savons qui vous êtes, vous êtes Ray Epps. Oh, désolé, mais nous ne vous faisons pas confiance. Exactement comme la foule à Washington la veille du 6 janvier de l’année dernière a dit à Ray Epps : Sortez d’ici, nourris.

Donc, les gens sur la scène ne croyaient pas que ce type était autre chose qu’un provocateur, et nous ne savons pas exactement qui il était. Nous vous laisserons en tirer vos propres conclusions. Mais nous sommes censés croire que ce type portant un masque intégral avec un drapeau confédéré prouve que toute la manifestation est raciste. Justin Trudeau a toutes les raisons de s’enfuir comme un terrifié, mauviette qu’il est, et on peut ignorer les inquiétudes des gens du convoi de camionneurs. Mais nous avons quelques questions.

Qui était exactement ce type qui tenait le drapeau et où est Justin Trudeau en ce moment ? On ne sait pas d’où il diffusait ce week-end, mais ce qui est clair, c’est que contrairement à Saddam ou Mouammar Kadhafi, nous ne pourrons jamais le savoir.

Maintenant, vous vous dites que dans une démocratie, vous devriez savoir ce qu’est le chef de l’État, n’est-ce pas ? N’avez-vous pas le droit si vous êtes un électeur, les Canadiens ne devraient-ils pas avoir le droit de savoir où il se trouve ? Ouais, mais ça n’a pas d’importance parce que Justin Trudeau peut se cacher n’importe où. C’est un maître du déguisement. N’importe quel endroit dans le monde où Justin Trudeau pourrait se fondre, et vous ne sauriez jamais que c’était lui.

Et pour le prouver, nous avons une série de photographies. Toutes sont réelles et représentent toutes le premier ministre canadien Justin Trudeau. Vous pouvez le voir ne pas ressembler beaucoup à un Canadien français, plutôt sombre, en fait. Il s’agit d’un rassemblement sur le thème des mille et une nuits lorsqu’il était professeur de lycée. Oh, il a le visage noir. Intéressant. Vous pouvez également le voir se fondre de manière convaincante en tant que star de Bollywood en Inde. Les mains se serrent dans le respect et la prière. Ou, vous pouvez le voir flanqué de ses nouveaux compatriotes, ils n’ont aucune idée qu’ils sont en présence d’un politicien canadien. C’est à quel point Justin Trudeau est convaincant lorsqu’il décide de jouer au déguisement. Ils pensent qu’il est l’un d’entre eux. J’adore les samoussas, dit Justin. Nous aussi, disent les Indiens. Ils n’ont aucune idée qu’ils parlent à un Canadien. Mais quand il ne trompe pas les gens en Inde, il trompe les Amérindiens. Et oui, il y a une différence bigot. Tous les Indiens ne sont pas pareils. Justin Trudeau portait la coiffe traditionnelle de l’une des nombreuses tribus indigènes du Canada, comme les Aztèques, Justin Trudeau vous arrachera le cœur, mesdames. Et, est-ce Clark Kent de la renommée de Superman ? Non, encore une fois, c’est juste Justin Trudeau.

Il peut incarner des personnages fictifs. Vous pouvez le voir ressembler à un pilote échoué dans le désert d’un des films Star Wars. Il pourrait littéralement se cacher sur une scène sonore à Hollywood au moment où nous parlons. Il peut même être dans un ranch. Incroyable. Tant que personne ne lui tend une arme ou ne lui demande d’où vient la nourriture, c’est un éleveur convaincant. Alors, oui, Justin Trudeau peut changer bien plus que sa couleur de peau. Si vous voyez cet homme sous l’un de ses divers déguisements, ne l’approchez pas. Il se cache peut-être dans une cabane quelconque au milieu de nulle part, mais il contrôle parfaitement Ottawa, du moins pour le moment.

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires