Quand le conte de fées se transforme en cauchemar…

Par Dr Geneviève Pagnard

Vous expliquez que le début de votre histoire avec votre partenaire s’est déroulée comme un véritable conte de fées : il se montrait empressé, charmant, galant, drôle, il vous trouvait toutes les qualités du monde. Un véritable prince charmant… Très rapidement, il vous a demandée en mariage, voulant des enfants.

Juste un léger bémol au passage, il vous a suggéré de « faire un petit régime pour perdre un peu de poids », alors que pourtant, vous avez un poids standard, mais, « il ne l’a pas fait pour vous blesser ».

Pendant la grossesse, vous avez senti qu’il changeait d’attitude, il devenait grognon pour un rien, insatisfait, vous laissant la charge de la maison. Le masque est tombé.

Pour l’accouchement, il est venu vous voir et voir votre enfant des heures après, se renfrognant dans son coin, refusant ostensiblement de partager ce merveilleux bonheur que vous apportait ce bébé.

Ensuite, les choses sont allées de mal en pis : il s’est montré égocentrique, colérique pour un rien, insatisfait de tout, pouvant faire voler son assiette à travers la pièce parce que le menu lui déplaisait, ne supportant pas le moindre pleur du bébé, ni le moindre bruit, refusant de s’occuper de bébé (pourtant, il vous avait réclamé des enfants ??!!), vous laissant toute la charge de la maison, se montrant pingre et râlant à la moindre dépense, mais, s’offrant ce qui lui plaisait.

Il vous a abreuvée de reproches incessants sur tout et n’importe quoi, et de propos dévalorisants sur vos capacités de mère, de maîtresse de maison, etc., etc.

En revanche, oh miracle !, en présence d’amis ou de membres de la famille, ou autres personnes extérieures, il était métamorphosé, à nouveau drôle, charmant, et vous retrouviez un peu celui qu’il était pendant le fameux « conte de fées ». Quoiqu’avec certains, il se permettait aussi de vous faire des réflexions désobligeantes.

Jusqu’au jour où vous lui avez parlé de séparation. Et là, incroyable, il s’est jeté à vos pieds, vous a imploré pardon, vous a promis de ne plus recommencer, tout en vous expliquant que « vous êtes trop sensible », que « vous ne l’avez pas bien compris ». Et il a même parlé de se suicider « parce qu’il ne peut pas vivre sans vous ».

Et, vous vous êtes laissée convaincre de ne pas le quitter…

Vous avez retrouvé le prince charmant des débuts et vous avez pensé que tout ça n’était qu’un malentendu, que grâce à vos efforts, les choses sont enfin rentrées dans l’ordre et que le fait de parler, de s’expliquer, s’avère payant en définitive.

Mais, petit à petit, les choses se sont à nouveau dégradées : retour des colères pour un rien, de l’insatisfaction pour tout, des reproches systématiques, des propos dévalorisants, et même, insultes grossières. Il trouvait tous les prétextes possibles pour que vous n’alliez pas voir votre famille, vos amis et progressivement, vous vous êtes éloignée de votre entourage, et vous vous êtes retrouvée isolée, avec comme seul horizon « “affectif” » : lui et ses colères, sa froideur… Vous avez tout fait pour tenter d’apporter un peu de joie à votre (vos) enfant(s) au milieu de cet océan glacial et de ces tempêtes qui se déclenchaient sans raison apparente.

Jusqu’au jour où, malgré la culpabilité de « casser » la famille, vous avez décidé que ce n’était plus possible et vous lui avez annoncé la séparation.

Et là, c’est un véritable cataclysme qui s’est déchaîné sur vous et vos enfants, fait de colères, vous accusant d’être incapable d’élever des enfants, vous menaçant de vous prendre les enfants et de ne pas payer de pension alimentaire, vous traitant de folle, et vous criant : « tu veux la guerre ! Tu vas l’avoir la guerre, tu vas voir !! » Un chaos de violence extrême, et peut-être des coups de poing, dans les murs, si ce n’est sur vous…


Un conte de fées, dites-vous ?? Mais alors, avant le précipice vers l’enfer !!…

En fait, que s’est-il passé et qui est cet individu ??

Quand on reprend les faits dans l’ordre chronologique, on observe 5 phases que constitue la manipulation destructrice :

  • la phase de séduction, période initiale décrite comme idyllique, celle du « prince charmant », du « conte de fées », où les choses sont souvent précipitées, puis
  • la période insidieuse, celle où commencent à apparaître par touches, de petites réflexions désobligeantes (« tu devrais faire un petit régime, mais tu sais, je t’aime ! »…) qui commencent à semer le doute sur vous-même, vos croyances, vos valeurs, etc.
  • la période de violence morale apparente qui commence souvent pendant la première grossesse, avec son lot de reproches entraînant de la culpabilité chez la victime, culpabilité qui avec le temps, deviendra de plus en plus lancinante, son lot de propos dévalorisants altérant la confiance en soi de la victime, avec l’isolement de la victime, les colères sans raison apparente venant souvent casser un moment de bonheur comme un anniversaire, un Noël. Les mensonges font partie du tableau, le double visage, se montrant charmant à l’extérieur, mais tyrannique dans le huis clos familial. L’inceste fait souvent partie du tableau.
  • la période de violence paroxystique au moment où vous annoncez la séparation, avec l’ouragan de colères, de menaces de vous prendre les enfants, de ne pas payer de pension alimentaire, de vous faire la guerre, vous traitant de folle, incapable d’élever des enfants. Le viol peut faire partie du tableau, des coups contre le mur ou sur vous également.
    Phase dangereuse où l’agresseur peut parfois, en venir à menacer de vous tuer, voire dans certains cas, à tuer vos enfants et vous ensuite.
  • la période suivant la séparation, celle où la guerre annoncée s’exerce effectivement dans une avalanche de procédures sans fin auprès du juge aux affaires familiales (demande de retrait des enfants, de non-paiement de pension alimentaire), du juge d’appel, du juge pour enfants, etc., etc., et guerre également lors des droits de visite et d’hébergement, les enfants servant de levier pour continuer à vous détruire, tout en détruisant les enfants, en les montant contre vous (et en vous accusant devant les juges de syndrome d’aliénation parentale !!!…).

Devant les juges, le MD se présente comme « la pauvre victime », inversant les faits à son avantage de façon révoltante, mentant sur tout.

Il joue son rôle à la perfection, au point que les différents acteurs de la Justice (magistrats, avocats, éducateur et assistants sociaux des services AEMO, MJIE et d’expertise, police, gendarmerie, etc.) les différents acteurs donc, se font abuser et donnent raison à l’agresseur, le parent victime étant alors mis au banc des accusés, presque au ban de la Société…… et étant contraint de respecter le droit de visite et d’hébergement, voire la résidence habituelle des enfants chez leur agresseur, et ce, même en cas d’inceste!!!…

La manipulation destructrice est un processus totalement stéréotypé d’un cas sur l’autre, se caractérisant par :

  • son noyau central : l’emprise
  • son mécanisme : basé sur le mensonge
  • et le « nerf de la guerre » : l’argent, le manipulateur destructeur (MD) organisant une véritable escroquerie financière.

Elle concerne 30 % de la population…

Les victimes qui ont vécu à la fois cette violence psychologique et la violence physique disent toutes que c’est de cette violence psychologique qu’elles ont le plus de mal à se remettre (sauf si bien sûr, la violence physique les a menées dans un fauteuil roulant, voire au cimetière…)

Cette violence s’exerce sur le parent victime, devant les enfants, voire sur eux directement aussi. Ainsi, parent comme enfants, développent un syndrome post-traumatique avec un syndrome anxio-dépressif et les répercussions à long terme sur les enfants qui sont des êtres en construction, sont lourdes…

Qui sont les manipulateurs destructeurs (MD) ?

Ils présentent un mélange de traits de personnalité paranoïaque, perverse et psychopathique, toutes personnalités appartenant au registre des psychoses, et sont considérés comme non soignables (d’autant qu’ils n’éprouvent jamais le besoin de consulter, parce qu’ils rejettent constamment la faute sur les autres, ne se remettent jamais en question, estimant qu’ils ont toujours raison, etc.)

Comment aider les victimes ?

Les entretiens psychothérapiques sont fondamentaux pour permettre à la victime de pouvoir enfin exprimer sa souffrance, ses doutes, sa culpabilité. Le décryptage du processus de MD leur permet de sortir très rapidement de l’emprise destructrice du MD et de retrouver une confiance en soi.

Les enfants bénéficient également de ce décryptage, mais celui-ci est présenté selon des règles particulières à eux.

Dr. Geneviève Pagnard, le 29/11/2021

Dr Geneviève Pagnard

J’ai exercé toute ma carrière en tant que médecin, psychiatre, victimologue, hypnothérapeute auprès de patients atteints de burn-out, angoisses, dépressions, séparations, deuils, souffrances liée à la grossesse et la maternité, à l’expatriation, au covid (isolement, perte de travail, dépression, effets secondaires de la vaccination sur vous ou vos proches, voire décès d’un proche, d’un enfant, etc.), souffrances liées aux psycho-traumatismes de tous types (accidents de la route, agressions, viols, braquages de banques, harcèlement moral au travail, à l’école, sur les réseaux sociaux, ou encore dans le couple et la famille (manipulation destructrice), inceste et autres violences intrafamiliales, etc.)

J’ai pu mesurer chaque jour, l’apport fondamental de la victimologie et de l’hypnose aussi bien pour des troubles psychiatriques, que psychologiques et que psychosomatiques.

J’ai travaillé avec les députés et les sénateurs français sur la loi du 9/7/2010, loi innovante sur les violences intrafamiliales, ayant introduit une ordonnance de protection, mais surtout, un délit de harcèlement moral dans le couple et la famille donnant aux JAF un pouvoir au pénal.

Ecrits:

  • Thèse de Doctorat en Médecine « La pollution en Méditerranée par les insecticides et les agents bactériologiques » – 1984
  • Primée en 1985 par le Ministère de l’Environnement et l’Académie de Médecine.
  • Diplôme de Criminologie et Agressologie
  • Auteur de « Crimes impunis ou Néonta, histoire d’un amour manipulé » – 2004 – Prime Fluo Éditions qui raconte l’histoire de Néonta, victime de manipulation destructrice, avec en parallèle, un décryptage rendant ce processus compréhensible et détectable par tous : victimes, mais aussi professionnels de la Justice (magistrats, policiers, gendarmes, etc.), médecins, psy, etc.

Pour un rendez-vous pour des téléconsultations, prière de téléphoner au (0033). (0) 6.16.16.27.14.

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires