Going, Going, Gone : jouer pendant que l’Occident brûle

22/01/2023 (2023-01-22)

[Source : reseauinternational.net]

Par Batiushka

Alors, quand l’offensive hivernale russe va-t-elle commencer ? Certains pensaient qu’elle aurait lieu en décembre, lorsque le sol aurait gelé. Nous approchons maintenant du mois de février.

Toutefois, n’oubliez pas que la soi-disant offensive hivernale russe a été imaginée par des généraux de salon. Bien sûr, il se peut qu’elle existe comme l’un des nombreux scénarios de l’état-major russe et qu’elle se produise encore et bientôt, mais une offensive d’hiver pourrait aussi se transformer en une offensive de printemps, voire d’été. La planification doit être flexible, compte tenu des nouveaux ingrédients qui entrent dans le mélange. Tant que les forces de Kiev, de manière inattendue, continuent de se détruire en se jetant dans le hachoir de l’artillerie, des missiles et des drones dans le sud-est de l’Ukraine, entre Soledar et Artemovsk, avec des pertes russes minimes, pourquoi se presser ? Il n’y a pas d’urgence. Les seuls à être pressés sont les Occidentaux. Ils ont besoin que ce conflit se termine et vite, car l’Occident est au bord du chaos social, économique et politique.

Going, going, gone. À Moscou, il y a ceux qui peuvent jouer du violon pendant que l’Occident brûle.

Il y a donc eu un retard. Pourquoi prendre des risques quand Kiev veut se suicider ? Il suffit de les laisser faire. De plus, les derniers événements suggèrent d’autres raisons de retarder le processus – des divisions internes.

Tout d’abord, le 17 janvier, Arestovitch a démissionné de son poste de conseiller à la présidence, ostensiblement parce qu’il a dit la vérité, à savoir que l’immeuble d’habitation détruit à Dnipro l’a été directement ou indirectement par un missile ukrainien mal visé (ce n’est pas la première fois…).

Puis, le lendemain, le 18 janvier, l’hélicoptère français Super Puma s’est écrasé à Brovary (pas à Kiev). Plusieurs personnalités ont été tuées, notamment le ministre de l’Intérieur et son adjoint, ainsi que des enfants innocents dans une école maternelle. Un ami qui vit à proximité a pu me fournir des faits et des photos peu de temps après. Si l’on écarte l’hypothèse que l’Eurocopter a été abattu par un autre missile ukrainien mal dirigé, le crash semble s’être produit parce que le pilote volait à basse altitude dans le brouillard et a heurté un immeuble de 14 étages. Mon ami dit que le ciel au-dessus d’eux est rempli d’hélicoptères d’État tous les jours, c’est ainsi que le régime Zelensky se déplace. Trop effrayés pour faire autrement. Tôt ou tard, un accident était inévitable. Quelle que soit la raison de l’accident, cela signifie qu’il y a maintenant des postes vacants au sommet. Une lutte pour le pouvoir est probablement en cours. Et il faut s’y attendre, car les forces de Kiev ont été chassées de la ville stratégique de Soledar, Artemovsk (Bakhmout) est sur le point de tomber et avec elle le reste du Donbass. C’est une déroute car les pertes ukrainiennes y sont monumentales, pour ne pas dire suicidaires.

En conséquence, le régime de Kiev plaide auprès de certains pays occidentaux pour obtenir davantage de chars. Au mieux, il pourrait recevoir de divers pays occidentaux environ 200 (en réalité, probablement moins de 100) chars et véhicules blindés obsolètes assortis, et probablement seulement dans quelques mois. Alors qu’elle a besoin de 2000 chars et véhicules blindés hier. Mais pour l’instant, l’Occident divisé est réticent à donner quoi que ce soit à l’Ukraine, à part des mots doux. Des promesses, des promesses… elles ne coûtent pas cher, surtout quand on est à court d’argent et qu’on sait que les Russes détruiront probablement la plupart des équipements donnés avant même qu’ils n’arrivent au front. De plus, tout cela s’inscrit dans un contexte où l’économie ukrainienne est maintenue à court terme (personne ne lui donnera quoi que ce soit à long terme) par des aides occidentales mensuelles (sinon, aucun salaire ou pension ne peut être payé). Et cela de la part d’un Occident qui est au bord du chaos social, économique et politique et dans le contexte d’un système énergétique ukrainien qui, pour l’instant, a été détruit à 50% et d’un système logistique militaire qui a été gravement perturbé par les missiles russes.

Rien d’étonnant à ce que le régime de Kiev se méfie de l’Occident. Ce dernier n’a pas les poches sans fond. La mission de Zelensky touche probablement à sa fin. Il a déjà reçu un coup de froid à Washington avant Noël. Maintenant, il semble être contré par le commandant des forces armées de Kiev, Zaluzhny, qui semble avoir eu des conversations avec son homologue américain en Pologne dans le dos de Zelensky. D’une manière générale, les militaires détestent les guerres ; elles ne sont l’œuvre que des politiciens. Après tout, les politiciens ne courent pas le risque de geler, d’être mutilés ou de mourir dans l’agonie. Peut-être allons-nous assister à un remaniement à Kiev. Tout ce que les marionnettistes américains ordonnent. Mais le problème ici est que les marionnettistes américains savent-ils ce qu’ils veulent ordonner ? Ils semblent être divisés entre eux.

Alors que Washington et ses alliés de l’OTAN n’ont aucune stratégie pour gagner la guerre en Ukraine, sans parler d’une stratégie de sortie, les Russes en ont une. Au cours des quatre mois qui ont suivi l’ordre de mobilisation partielle donné par la Russie, 300 000 réservistes supplémentaires ont rejoint leurs unités dans l’est ou le long de la frontière nord de l’Ukraine. Pendant ce temps, dans le sud, la flotte russe de la mer Noire patrouille. Jusqu’à présent, l’infanterie russe n’a pas vraiment pris part à cette guerre. Jusqu’à présent, l’essentiel du travail a été effectué par les combattants de la liberté ukrainiens anti-Kiev (Donbass) et le groupe contractuel Wagner. Le décor est planté pour une guerre terrestre, soit par l’est, soit par le nord, soit par le sud, ou peut-être tous ensemble. Le cauchemar de Washington. Car personne à Washington, habitué à combattre des fanatiques mal entraînés, suicidaires et armés seulement de kalachnikovs, n’a jamais prévu cela. Plus de 500 000 Russes armés attendent aux frontières du territoire tenu par Kiev de libérer leurs frères et sœurs ukrainiens du régime fantoche américain de Kiev. Et les seuls fanatiques suicidaires et mal entraînés sont les forces de Kiev.

Going, going, gone. À Moscou, il y a ceux qui peuvent jouer du violon pendant que l’Occident brûle.

N’oublions pas que le conflit en Ukraine concerne la lutte des États-Unis pour maintenir leur statut de dinosaure en tant que dernière superpuissance mondiale. Plus exactement, il s’agit de la tentative des États-Unis de détruire la Chine en tant que rival. Car puisque la Chine, alliée à la Russie, est imbattable, il faut l’attaquer par le biais de la Russie eurasienne. Dans ce fantasme néocon fou de jeu vidéo, les États-Unis ont négligé l’Europe occidentale. Dans un sens, c’est compréhensible, puisque ses dirigeants ne sont qu’une bande de chiens pavloviens sans cervelle, décidés à copier leur maître à Washington – et un tas de dollars aide grandement leur capacité d’imitation salivante. Cependant, l’erreur des États-Unis est, comme d’habitude, de ne regarder que leurs marionnettes. C’est la même erreur qu’à Bagdad et Kaboul, ou d’ailleurs à Téhéran et Saïgon, sans parler de Manille et d’une foule de capitales d’Amérique latine. Nommez un yes-man anglophone, donnez-lui un compte en banque suisse rempli de dollars et un passeport américain, assurez-vous qu’il contrôle la capitale et sa station de télévision et de radio et vous contrôlerez alors tout le pays. Seul Hamid Karzai ne l’a pas fait et vous ne le ferez pas non plus.

L’Europe occidentale, l’UE et le Royaume-Uni, avec quelques autres morceaux, est également habitée par 500 millions de personnes (les 50 autres millions appartiennent à l’élite). Certains, surtout parmi les élites, vivent dans les capitales. La grande majorité n’y vit pas et méprise généralement ceux qui vivent dans les capitales. Demandez à un Français ce qu’il pense des « sales parisiens », à un Roumain ce qu’il pense de l’élite de Bucarest, à un Polonais ce qu’il pense de ceux de Varsovie ou à un Anglais ce qu’il pense des Londoniens. Si vous ne me croyez pas, demandez à Macron en France. Sinon, demandez à n’importe quel Français ce qu’il pense des vrais dirigeants de la France – la super-élite surpayée de Bruxelles. Les Anglais les détestaient tellement qu’ils ont eu le Brexit. Beaucoup d’Allemands, qui, à une écrasante majorité, n’ont jamais voulu abandonner le deutschemark, en ont été jaloux, même si l’élite britannique, incompétente et perfide, a totalement malmené le processus de négociation du Brexit.

Si en Europe occidentale, la grande majorité n’aime pas ses dirigeants, ils finiront – même les Britanniques passifs – par s’en débarrasser et ils nommeront des dirigeants que Washington n’aime pas, Le Pen, Farage, etc. Vous vous souvenez d’Orban ? Il est déjà au pouvoir, tout comme Erdogan (bien qu’il soit en Turquie). Le conflit ukrainien est déjà en train de remodeler l’architecture de sécurité totalement dépassée (1945) de l’Europe et de forcer une reconfiguration. Ce réalignement ne sera pas en faveur de Washington. Des manifestations contre l’OTAN commencent déjà dans divers pays européens. Mais ce qui est le plus susceptible de faire tomber l’élite fantoche américaine, ce sont les grèves et les protestations. Les Européens détestent leurs élites. Les élites gâtées peuvent dire à leurs peuples : « Laissez-les manger leur gâteau ». Mais elles ont oublié que ce que les gens veulent, c’est du pain.

Une fois que l’Europe occidentale, y compris même le Royaume-Uni, aura disparu, la fin de la courte ère unipolaire sera là. L’effet domino, de Kiev à Dublin, n’est sûrement qu’une question de temps. Souvenez-vous de la chute du mur de Berlin en novembre 1989. En vingt-cinq mois, l’ensemble de l’empire soviétique d’Europe de l’Est est tombé, un pays après l’autre, jusqu’à ce qu’en décembre 1991, l’Union soviétique elle-même tombe. De Berlin à Vladivostok. Eh bien, le temps est maintenant venu pour l’Empire américain à son tour. Il va aussi tomber, et pour les mêmes raisons. L’Union soviétique est partie. Tout comme son contraire, les États-Unis. Étoiles rouges, étoiles blanches, ils ont tous deux fait leur temps. Gardez les yeux sur l’Europe de l’Ouest.

Going, going, gone. À Moscou, il y a ceux qui peuvent jouer du violon pendant que l’Occident brûle.

Source : The Saker
Traduction Réseau International

image_pdfPDF A4image_printImprimer
S’abonner
Notification pour
Nom ou pseudonyme
Adresse courriel (facultatif)
Votre site Internet (facultatif)
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires