Gastroentérites et mortalité infantile : assurer l’accès universel à l’eau potable

04/07/2024 (2024-07-04)

[Publication initiale : profession-gendarme.com]

Par le Dr Gérard Delépine — 27 juin 2024

Pour éliminer les gastroentérites bactériennes, cause majeure mondiale de décès chez les moins de 5 ans, il faut assurer l’accès universel à l’eau potable

Dans Pubmed1 plus de cinquante milles articles s’inquiètent de la résistance croissance des gastroentérites bactériennes aux antibiotiques2 3 4 5 6 7 en oubliant souvent de rappeler que ces infections disparaîtraient, si on organisait l’accès universel à l’eau potable. Cet article tente de réparer cette omission.

Les entérobactéries constituent un problème majeur de santé publique

Les entérobactéries peuvent provoquer des d’infections diverses, allant des gastroentérites aux infections des voies urinaires, respiratoires, mais aussi des septicémies, des pneumonies et des méningites…

Différentes bactéries peuvent causer des gastroentérites8 dont de nombreux Escherichia coli. Les Escherichia coli entérotoxinogènes sont responsables de diarrhées infantiles dans les pays en voie de développement et de la diarrhée du voyageur, les E. coli entéro-invasifs de dysenteries proches de la shigellose, les E. coli entérohémorragiques retrouvés au cours des colites hémorragiques et du syndrome hémolytique et urémique. Les E. coli entéropathogènes sont la cause de diarrhées infantiles persistantes souvent épidémiques dans les pays en voie de développement. Les E. coli à adhésion diffuse et les E. coli entéroagrégatifs à l’origine de diarrhées aqueuses persistantes chez l’enfant.

Mais la flore bactérienne des gastroentérites comporte aussi de nombreux autres germes9 dont les manifestations habituelles sont rappelées dans le tableau suivant.

Les gastroentérites bactériennes résultent de la transmission féco-orale d’une bactérie par un malade qui excrète le germe dans ses selles10 contaminant l’eau utilisée pour la boisson ou la toilette. Elles se manifestent généralement11 par une diarrhée et/ou une perte d’appétit, des nausées, des vomissements, des crampes une gêne abdominale. La gastroentérite ne constitue généralement pas une affection grave chez l’adulte en bonne santé, ne provoquant qu’un inconfort et des dérangements, mais chez les personnes très malades, faibles, très jeunes ou très âgées, elle peut entraîner une déshydratation sévère et un déséquilibre électrolytique menaçant le pronostic vital.

Ces complications sont en particulier liées à la production par certaines souches, de toxines, la capacité d’adhérer aux cellules intestinales, de former des biofilms et de résister aux antibiotiques.

Au niveau mondial, elles constituent un problème majeur de santé publique. D’après l’UNICEF les gastroentérites bactériennes emportent chaque année près de 500 000 enfants, constituent la deuxième cause de décès chez les moins de cinq ans, et tuent plus que le sida, le paludisme et la rougeole réunis !

Dans les pays où l’hygiène est respectée, aucune épidémie n’est possible

En France métropolitaine, les mesures d’assainissement et d’hygiène collective et individuelle ont fait quasiment disparaître les épidémies de gastroentérites bactériennes, mais certaines gastroentérites virales saisonnières persistent.

Les gastroentérites bactériennes, qu’on observe de manière isolée ou par petits foyers localisés, témoignent d’intoxications alimentaires liées à un défaut d’hygiène touchant une ou plusieurs personnes ayant partagé un repas dans une cantine scolaire, une maison de retraite, un restaurant d’entreprise ou une fête entre amis ou en famille.

La bactérie responsable apportée dans l’aliment au cours de la préparation par un cuisinier malade, notamment dans les plats en sauces et les crèmes pâtissières se multiplie habituellement pendant le transport par rupture de la chaîne du froid (aliments et plats surgelés) ou de la chaîne du chaud (restauration collective). La contamination du plat par E coli, Salmonelle, Shigella ou un staphylocoque doré peut aussi survenir pendant le stockage dans un réfrigérateur mal nettoyé ou désinfecté lors de la préparation ou la conservation des aliments.

Le signalement des cas suspects et confirmés permet le traitement dans les meilleurs délais et la prescription, en cas de besoin, d’une coproculture permettant le diagnostic bactériologique et un antibiogramme.

L’importation de produits alimentaires venus de pays lointains multiplie les risques comme l’a montré l’épidémie récente due à une souche d’E. coli présente dans des graines germées importées d’Égypte, mélangées à des salades diffusées par la grande distribution dans plusieurs pays, dont l’Allemagne et la France12.

Au niveau mondial, il en va de même : dans tous les pays riches qui assurent des règles d’hygiène strictes, l’eau potable et le traitement efficace des eaux usées, on n’observe que de rares cas de gastroentérites bactériennes.

Les épidémies de gastroentérites bactériennes sont la plaie des pays où l’hygiène et l’eau potable sont insuffisantes

Malheureusement plus de deux milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau potable dans le monde, dont près de 320 millions se trouvent en Afrique subsaharienne. 4,5 milliards autres ne disposent pas de services d’assainissement fiables, selon un nouveau rapport commun de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de l’Unicef.13

Les gastroentérites bactériennes endeuillent les régions en manque d’eau potable. Dans ces pays, l’absence d’entretien et/ou la destruction des réseaux de distribution lors de combats obligent les populations à boire l’eau des rivières ou des puits, dont le taux de contamination est très élevé.

La répétition des épidémies favorise l’apparition de nouvelles souches de bactéries dotées de capacités de résistance croissante aux antibiotiques.

Le traitement repose sur les traitements symptomatiques, parfois la réhydratation et les antibiotiques.

Les traitements symptomatiques soulagent le malade. Les antidiarrhéiques réduisent le volume et la fréquence des selles et facilitent la réhydratation. Un médicament anti-vomitif est prescrit au cas par cas, si le médecin le juge nécessaire. Des médicaments antalgiques et antipyrétiques, un antispasmodique peuvent être utiles.

L’élimination du germe causal par les antibiotiques n’est pas toujours indispensable car les diarrhées se tarissent souvent spontanément en 2-3 jours. L’antibiothérapie paraît prudente chez les malades fragiles et les enfants jeunes, mais une prescription trop systématique est susceptible de favoriser l’apparition de résistances de plus en plus fréquemment observées14 15 16 17 18 19 20 en particulier contre l’amoxicilline, l’acide clavulanique et la céfazolin21

Une situation d’autant plus inquiétante que la quasi-totalité des enfants hospitalisés pour gastroentérite en Afrique subsaharienne sont traités avec des antibiotiques et que plus de la moitié de ces enfants entrés à l’hôpital sans être porteurs d’entérobactéries résistantes en sont ressortis contaminés par ces bactéries.

La prévention des infections à entérobactéries constitue la priorité

Elle repose avant tout sur des mesures d’hygiène collectives (eau potable, toilettes et traitement des eaux usées), professionnelles (désinfection des surfaces, la gestion appropriée des cathéters et des dispositifs médicaux, ainsi que le contrôle de la transmission croisée dans les établissements de soins de santé), mais aussi individuelles telles que le lavage des mains, et des instruments de cuisine, lavage et pelage des légumes et des fruits, cuisson à cœur des viandes, utilisation de lait pasteurisé, séparation des viandes/poissons crus des autres aliments lors préparation, alimentation prudente lors de voyages…

L’utilisation judicieuse des antibiotiques et la surveillance de la résistance aux antibiotiques sont également importantes pour prévenir l’émergence de souches résistantes.


Dans son témoignage récent sur Nexus22, le pasteur Franklin Yebga dénonce le coût astronomique du programme de vaccination en Afrique organisé par l’OMS, les fondations Gates et la banque mondiale. Ces sommes seraient beaucoup plus sanitairement efficaces, si elles étaient consacrées à assurer l’accès universel à l’eau potable.

Compte tenu du coût moyen d’un forage pour 10 000 à 15 000 personnes (5000 euros), les 155 millions de dollars récemment dépensées en vaccins auraient permis de créer 30 000 points d’approvisionnement d’eau potable et « aurait sans doute pu résoudre tous les problèmes d’eau en Afrique ».

Mais distribuer l’eau potable aux populations ne rapporte rien aux laboratoires pharmaceutiques et tarirait la source de profits considérables que procurent les vaccins…

À long terme, contre le fléau des gastroentérites bactériennes, consacrer un milliard de dollars à l’eau potable et à la promotion de l’hygiène serait infiniment plus efficace que les vaccins et traitements curatifs.

La distribution généralisée d’eau potable, le traitement des eaux usées et le respect des précautions d’hygiène empêchent la transmission des gastroentérites bactériennes.

Elles permettent aussi d’éradiquer de nombreuses autres maladies, qu’elles soient virales (l’hépatite A et E, poliomyélite) ou parasitaires (dracunculose, amibiases, giardase et autres flagellés intestinaux).

L’eau potable constitue donc un enjeu totalement prioritaire de santé publique, bien avant des vaccins trop souvent insuffisamment efficaces.

C’est d’ailleurs ce que proclamait le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus en 201723 :

« Avoir accès à l’eau salubre, à l’assainissement et à l’hygiène à domicile ne devrait pas être un privilège exclusivement réservé aux riches vivant en milieu urbainTous les pays au monde devraient garantir les “services fondamentaux pour la santé humaine”. »

Sans épidémie récurrente peu de risque de résistance aux antibiotiques.

Mais apparemment beaucoup de dirigeants et les participants aux nombreux forums sur les vaccinations feignent de l’ignorer, comme si leur seule ambition était de consolider le « marché du vaccin » et de financer les laboratoires fabricants.

Et aucun des journalistes qui glorifient ces forums24 25 26 27 28 29 ne rappelle qu’assurer l’hygiène et l’eau potable partout éradiquerait les gastroentérites, le choléra (et la poliomyélite qui obsède tant Bill Gates). Ignorance ? Mensonge par omission ? Censure ? Corruption ?

JO 2024 : comment Paris va nettoyer la Seine – Le Parisien


image_pdfPDF A4image_printImprimer

⚠ Les points de vue exprimés dans l’article ne sont pas nécessairement partagés par les (autres) auteurs et contributeurs du site Nouveau Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *