Accepter ou refuser l’implant

On ne peut plus prétendre actuellement que l’existence de l’implant sous-cutané RFID relève seulement de l’imaginaire ou de complotisme (voir notamment Wikipédia et Euronews qui font bien partie du Système actuel et ne peuvent guère être accusés de conspirationnisme).

Avec les progrès rapides de la technologie, spécialement de l’informatique et de l’électronique, cet implant contient un identifiant individuel unique. Il peut être détecté à distance par son émission d’ondes électromagnétiques pulsées. Il dispose de plusieurs fonctions qui l’amèneront à remplacer les passeports, permis de conduire, cartes d’identité, cartes de crédit, chèques bancaires, porte-monnaie électroniques, cartes d’assurance maladie, etc. Il sert aussi accessoirement à ouvrir des portes à serrure électronique (de maison, par exemple), à prendre le train et à communiquer avec différentes machines… Et, cerise sur le gâteau, il peut ou pourrait être repéré par GPS!

Sachant qu’actuellement on ne peut pratiquement plus acheter ou vendre de manière légale sans disposer d’un compte bancaire à moins d’avoir hérité du trésor en cash d’un oncle d’Amérique, qu’en sera-t-il avec ou sans cet implant qui s’en vient? Ceux qui disposeront de l’implant pourront bien sûr mener à bien et facilement toutes les transactions commerciales, bancaires, professionnelles ou sociales l’impliquant. Ils pourront ouvrir la porte de leur maison, appartement, voiture, bureau… Ils pourront monter dans le train et prendre l’avion. Ils pourront aller au restaurant, au cinéma, au théâtre, au casino, au stade… Ils pourront acheter leur épicerie, leurs vêtements, leurs gadgets électroniques… en ligne ou en magasin… Ils pourront se faire soigner et rembourser, bénéficier d’une assurance, etc. Bref, ils pourront accomplir tout ce que l’on fait déjà maintenant sans cet implant. Alors quel est l’intérêt de ce dernier?

Le marketing moderne présente en particulier les intérêts suivants pour cet implant :
– votre enfant perdu, enlevé ou non par un pédophile, pourra être retrouvé où qu’il soit grâce à son implant;
– idem pour votre mère Alzheimer, qu’elle soit enlevée ou non;
– votre propre implant vous évitera de vous faire voler votre monnaie et vos cartes de crédit;
– votre dossier médical vous accompagnera où que vous soyez en cas de problème de santé;
– vous seul pourrez conduire votre voiture;
– etc.

Ce marketing se garde bien de vous mentionner qu’un malfrat pourrait toujours vous couper la main contenant l’implant pour se faire ensuite passer pour vous et vous voler tout votre argent, votre voiture, vos enfants, et même votre maison. La vraie raison et le véritable intérêt de cet implant sont-ils de cet ordre? Ou bien ne sert-il pas surtout les élites qui cherchent à le mettre en place? Comment alors pourrait-il leur être utile, voire très utile?

Quand le gardien d’un troupeau de vaches ou de moutons souhaite plus facilement les identifier, il leur met un tatouage particulier qui les marque comme étant sa propriété, ceci au besoin au fer rouge. Version plus moderne, moins barbare et plus intéressante encore, il leur met une bague ou un implant électronique qui permet de les suivre à la trace au cas où ils se perdraient dans la nature en dehors de leur enclos ou de leur pâturage habituel.

Similairement, les élites mondiales gagnent à pucer leurs travailleurs pour les identifier et les contrôler plus facilement. Grâce aux bases de données informatiques, aux « big data » obtenues notamment par les réseaux sociaux et par la centralisation des diverses données administratives et médicales, ils sont maintenant en mesure de connaître le moindre aspect de la vie de leurs travailleurs (croyances religieuses, opinions politiques, habitudes alimentaires, problèmes de santé, loisirs, etc.). L’implant enlèvera à ces derniers le peu de réelle liberté dont ils disposaient encore.

Face à un tel avenir assez probable, voire presque inéluctable, quel choix s’offre aux gens ordinaires (ceux qui ne font pas eux-mêmes partie de l’élite)? Ce choix semble se réduire aux deux possibilités suivantes : accepter ou refuser l’implant.

Accepter l’implant, c’est vivre dans la sécurité matérielle, sociale et technocratique du Nouvel Ordre Mondial, mais donc comme esclave de ses élites promotrices. Le refuser, c’est vivre hors de toute sécurité et de tout confort matériel, possiblement dans des zones de non-droit ou dans les lieux les plus insalubres et pollués de la planète, ou encore dans des camps de concentration pour réfractaires du Système. Mais c’est alors conserver sa liberté d’esprit et de conscience.

Chacun pourrait être amené devant un tel choix et peut s’y préparer dès maintenant. Ou il peut considérer qu’il s’agit de mauvaise science-fiction ou encore de paranoïa.

3 réflexions sur « Accepter ou refuser l’implant »

  1. Cette analyse est, hélas, bien réaliste. Il faudra, là aussi que la BASE réagisse et arrête de se laisser mener comme un troupeau d’animaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.