0

Justice : la victoire d’Alain Soral

[Source : Le Muslim Post]

L’avocat Karim Achoui* revient sur la condamnation, en avril, d’Alain Soral. Il donne son avis sur cette condamnation pour négationnisme à un an de prison ferme.

Karim Achoui

ParKarim Achoui

Depuis bientôt quinze ans déjà, je connais Alain Soral, et dois confesser pouvoir le compter parmi mes amis. De loin, mon ami le plus irritant, mais peu importe.

Las de ses outrances et provocations, je n’écris pas ici, aujourd’hui, en tant qu’ami, mais en tant qu’avocat et citoyen inquiet de voir et constater l’accentuation, la systématisation d’une pénalisation toujours plus vaste et accrue de l’expression. Se taire et se terrer dans le silence serait consentir à ces dérives qui rongent chaque jour davantage nos libertés fondamentales.

Le 15 avril dernier, un cap accablant pour notre démocratie a été franchi, avec l’édiction d’un mandat d’arrêt à l’encontre de Soral.

Un mandat d’arrêt, c’est-à-dire la décision d’incarcérer un individu, ici pour la seule expression d’une opinion. On pourra bien répéter à l’infini le mantra « le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit », cela ne fera pas cesser le racisme et tous ses succédanés morbides, d’être l’expression d’une idée, sortie d’un esprit humain, d’un logo. Or, un logo s’affronte par un autre logo et certainement pas dans une geôle. Les débats d’idées font évoluer les consciences, élèvent les esprits, nourrissent les critiquent. Combattre les idées par le raisonnement l’intelligence la lumière et non pas en les censurant derrière des barreaux.

L’emprisonnement des intellectuels réprouvés nous rabaisse collectivement, aux heures les plus sombres de l’histoire de nos civilisations, nous renvoie aux méandres du passé, nous rabaisse intellectuellement en substituant au débat, au combat intellectuel, politique et culturel, la violence pénale, la séquestration des corps, mais également la gloire carcérale.

En effet, à l’échelle de l’histoire des arts et de la pensée, il n’existe guère de plus grande gloire individuelle, que celle qu’inflige le juge pénal. Socrate, Jésus, Giordano Bruno, Sade, Soljenitsyne, pour ne citer que quelques exemples iconiques, ont a leur grand détriment en tant que dissidents du régime, en tant que personnages dérangeants, construit l’idée que l’intellectuel ou l’artiste, que l’on emprisonne ou l’on tue, l’est précisément car il dit et incarne la vérité. Le juge pénal, garant d’un contrat social, médiocre et mesquin comme l’est tout contrat, réprime, pour la conjoncture et le contexte, ceux qui portent l’universel, le beau et le vrai, réprime les visionnaires, les extralucides.

La société suicide ses mages, comme le hulule Artaud dans son Van Gogh. Notre démocratie suffoque. Le juge pénal fabrique donc des martyrs et le « martyrat » est un objet glorieux, que l’on soit chrétien ou musulman, Sacco ou Vanzetti. Or, en auréolant ceux qu’il souhaite écraser, l’Etat se livre à une tâche socialement contre-productive.

L’exemple d’Alain Soral est à cet égard tout à fait remarquable. Eu égard aux nombreuses condamnations antérieures d’Alain Soral relativement à des faits comparables, on notera que la dissuasion pénale semble à son encontre pour le moins inefficace. En deuxième lieu, qui imagine une seule seconde, qu’Alain Soral s’amende ou évolue dans ses opinions ou son discours, puisque ces condamnations le confortent dans sa conception du monde ? Enfin, et c’est l’essentiel, quelle est l’utilité socio-pédagogique de ces sanctions ? Signifier aux gens, que tenir des propos antisémites est quelque chose de mal ?

C’est cette dernière fonction qui pose problème, car c’est ici que le juge pénal agit contre les intérêts de la société, qu’il est censé protéger. Il agit d’ailleurs doublement contre ceux-ci, en créant le faux martyr d’un imaginaire pouvoir juif et en étendant dangereusement le champ de la pénalisation sur l’expression. L’érection fantasmée de Soral en victime goy des juifs est véritablement dangereuse en tant que telle. Elle attire à lui, persécuté et donc magnifié, et ses idées, pénalisées et donc validées, des golems antisémites qui participent au renouveau actuel de cette vieille haine morbide et imbécile. De cette vielle haine nauséabonde et immonde. « I am under arrest cause i am the best » fredonne Soral. Beaucoup de gens le croient. Non pas tant par adhésion à ses idées, que par fascination pour le « prophète » censuré et linché, martyrisé, que le régime du jour voudrait faire taire.

Or, l’auréole du réprouvé complique gravement l’indispensable combat politique et intellectuel. On ne débat pas à égalité avec un intellectuel qui a pris du ferme. Car hormis le mantra le-racisme/l’antisémitisme-est-un-délit et les grandes postures performatives sur l’air d’on-ne-débat-pas-avec-une-personne-condamnée-pénalement, l’intellectuel au casier vierge aura toujours l’air un peu puceau face à l’esthétique de l’intellectuel bagnard. Soral sur son canapé fait l’effet d’une miniature tératologique de prisonniers d’opinion dans leur cellule. Soral s’appelle « dissident ». Il est Soljenitsyne. En fantasme seulement. La France est totalitaire. Ses ennemis sont des intellectuels organiques plus ou moins guébistes. Et bien sûr les juifs dominent tout, etc.

Le résultat de tout cela est que personne ne l’affronte au-delà de « la place des antisémites est en prison », comme l’a rappelé la LICRA. Personne ne lui parle et ne parle de lui, autrement que pour appeler au secours le père fouettard correctionnel. Pendant ce temps, Soral prospère, tant sur notre silence que sur nos cris d’orfraie judiciaires. On rappellera pour mémoire, que le site de Soral, Egalité et Réconciliation était encore il y a peu (et peut être est-ce toujours le cas), le site politique le plus consulté de France. J’imagine que cela doit signifier que la stratégie adoptée contre lui jusque-là est la bonne… finalement la bonne comm.

A mon sens, la grande erreur contemporaine est de penser que le combat intellectuel se gagne en justice, ou dans le confort d’un entre-soi congratulatoire. Obèse d’hégémonie culturelle, la gauche morale en a oublié le travail, la sueur et le danger consubstantiels à ce combat. Il faudra bien y revenir. Car on ne combat pas sérieusement l’antisémitisme en mettant les antisémites en prison. On ne résout d’ailleurs pas grand-chose en mettant les gens en prison. Il faudra bien y revenir également, car non seulement le recours au droit pénal nous déresponsabilise intellectuellement et politiquement, mais il fait régresser nos libertés fondamentales et au premier rang desquelles, la liberté d’expression. Car qu’on ne s’y trompe pas, condamner Soral à 1 an ferme pour ses mots est une défaite collective qui nous atrophie tous. 1 an ferme ? Et pourquoi pas 10, si 1 an n’y fait rien ? Cette surenchère sur le plan des peines présente le risque d’un glissement global vers plus de répression, sur un champ allant bien au-delà du traditionnel racisme de l’extrême droite. On ne peut en effet pas restreindre la liberté des salauds, sans limiter la liberté en tant quel telle, c’est-à-dire celle de tous. En un mot, mettre Soral en prison, c’est perdre sur tous les plans.

* Karim Achoui est avocat et président de la Ligue de défense judiciaire des musulmans (LDJM).

Poster un Commentaire / Post a comment

5000
  S’abonner  
Notifier de